Wauquiez: attaquer Péchenard pour dézinguer Pécresse

LExpress.fr

Officiellement, le remaniement auquel vont procéder Emmanuel Macron et Edouard Philippe est un non-sujet pour Laurent Wauquiez. Les responsables de droite qui devaient partir ont déjà franchi le Rubicon en 2017; si d'autres devaient le faire maintenant, cela n'aurait aucune importance et ne correspondrait qu'à des débauchages individuels. Pour éviter d'être dans le commentaire politique, le président des Républicains a d'ailleurs annulé, à la dernière minute, sa participation à une matinale, le 10 octobre sur Franceinfo. Circulez, il n'y a rien à voir. 

Frédéric Péchenard, vice-président LR de la région Île-de-France, le 20 janvier 2016 à Paris

afp.com/JACQUES DEMARTHON

Voilà pour l'attitude publique. Dans les coulisses, les choses se passent assez différemment. Le nom de Frédéric Péchenard, un ancien commissaire de police devenu directeur général de la police nationale de 2007 à 2012, fidèle parmi les fidèles de Nicolas Sarkozy, est cité parmi les entrants possibles au ministère de l'Intérieur. Il se trouve que Péchenard, ancien directeur général de l'UMP, est conseiller de Paris et vice-président, chargé de la Sécurité, du Conseil régional d'Ile-de-France, à la tête duquel se trouve une certaine Valérie Pécresse. Voilà un point qui intéresse Laurent Wauquiez. 

En milieu de semaine, le président de LR a donc envoyé un SMS demandant à ses troupes, en cas d'entrée de Péchenard au gouvernement, de lui taper dessus, avec cette précision: "Il faudra alimenter sur le thème Un VP (vice-président) de Pécresse, pour que ce soit sur elle" [que rejaillissent les critiques]. 

Le maniement du SMS est un art subtil. Car arr...Lire la suite sur L'Express.fr

Wauquiez: attaquer Péchenard pour dézinguer Pécresse

Remaniement: Macron assume de faire les choses "avec calme"

Remaniement: Philippe nie toutes divergences avec Macron

Remaniement: déjà une semaine d'imbroglio