Wauquiez épinglé pour la rémunération XXL d'un collaborateur

Romain Herreros
Laurent Wauquiez à la foire agricole de a Foire de Beaucroissant en Isère le 13 septembre. 

POLITIQUE - C’était presque un sans faute. Au mois de septembre, la Cour des comptes a salué la gestion de la région Auvergne-Rhône-Alpes entre 2015 et 2018, période correspondant au mandat de Laurent Wauquiez. L’ex-président des Républicains ne résiste d’ailleurs jamais à la tentation de vanter son bilan en la matière, quitte à s’arranger (un peu) avec la réalité. Au mois de juin, c’est la Chambre régionale des comptes qui s’est penchée sur le cas de la région “la mieux gérée de France”. 

Et comme le révèle Rue 89 Lyon qui a eu accès au rapport, la juridiction en charge de vérifier les comptes des collectivités locales a notamment tiqué sur un point: la rémunération d’un proche collaborateur de Laurent Wauquiez, identifié par le média local comme étant Ange Sitbon.

En charge de la “coordination de la relation aux élus au sein de la délégation générale aux mission transversales”, cet “agent contractuel” en charge notamment de l’attribution des subventions émarge à 9000 euros net. Une rémunération que la Chambre régionale des comptes juge “disproportionnée”, le salaire moyen des responsables de service s’élevant en moyenne à 4000 euros mensuels. 

Indiquant que ce poste devrait normalement être “pourvu par le recrutement d’un fonctionnaire”, la juridiction souligne que ce traitement “classe cet agent au cinquième rang des rémunérations les plus élevées de la collectivité, avant la rémunération allouée à certains directeurs généraux adjoints des services”. 

Discret et inconnu du grand public, Ange Sitbon est une figure très importante au sein de la droite. Ex-directeur du pôle élections des Républicains, il est considéré comme “le meilleur spécialiste de la carte électorale, tous partis confondus”, soulignait L’Opinion au moment de son départ en 2016 pour le Conseil régional présidé par Laurent Wauquiez. Ce qui pourrait expliquer ce recrutement à prix d’or. 

À voir également sur Le HuffPost

LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post