Washington veut des discussions avec l'Allemagne sur le commerce

Les Etats-Unis doivent avoir des discussions bilatérales avec l'Allemagne pour examiner avec elle comment réduire leur déficit commercial à son égard en dehors du cadre imposé par l'Union européenne. /Photo d'archives/REUTERS/Fabian Bimmer

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis doivent avoir des discussions bilatérales avec l'Allemagne pour examiner avec elle comment réduire leur déficit commercial à son égard en dehors du cadre imposé par l'Union européenne, a déclaré lundi le conseiller au commerce de Donald Trump.

Le déficit commercial américain vis-à-vis de l'Allemagne s'élève à 65 milliards de dollars (61,4 milliards d'euros) et, selon Peter Navarro, il s'agit de "l'un des (problèmes) les plus difficiles" que connaissent les Etats-Unis dans leurs échanges commerciaux avec le reste du monde.

Pour sa défense, l'Allemagne dit que la politique commerciale relève de la compétence de l'Union européenne et qu'elle ne maîtrise pas la valeur de l'euro, a dit Peter Navarro.

"Je pense qu'il serait utile d'avoir des discussions franches avec l'Allemagne sur les moyens par lesquels nous pourrions peut-être réduire ce déficit en dehors des limites et des restrictions qui selon elle s'imposent à elle", a déclaré Peter Navarro lors d'un colloque à Washington.

"Mais c'est un grave problème. L'Allemagne est l'un des déficits commerciaux les plus difficiles que nous allons devoir traiter mais nous y réfléchissons longuement et profondément", a-t-il ajouté.

A ses yeux, la visite que doit effectuer ce mois-ci la chancelière Angela Merkel à Washington pourrait fournir l'occasion de débattre des moyens d'améliorer les relations économiques entre les deux pays conformément à la volonté affichée par Donald Trump de rendre le commerce "libre, juste et réciproque".

Peter Navarro a déjà déclaré le mois dernier que l'Allemagne profitait de la faiblesse de l'euro pour obtenir un avantage commercial.

(David Lawder; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages