Washington sanctionne plusieurs responsables iraniens, dont le ministre de l'Intérieur

Les Etats-Unis ont imposé ce mercredi 20 mai des sanctions à l'encontre du ministre de l'Intérieur et de huit autres responsables iraniens, ainsi que d'un conglomérat public, qu'ils accusent de « graves violations des droits de l'Homme ».

« Le régime iranien réprime violemment la dissidence du peuple iranien, y compris les manifestations pacifiques, par des violences physiques et psychologiques », a déclaré dans un communiqué le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. « Les Etats-Unis continueront de tenir responsable les dirigeants iraniens et les institutions qui oppriment leur propre peuple », a-t-il ajouté.

Ces sanctions visent Abdolreza Fazli, ministre de l'Intérieur, ainsi que huit autres responsables. Le conglomérat public LEF Cooperative Foundation, qui a des activités dans les domaines de l'énergie, du bâtiment, des services, de la technologie et de la banque, est également concerné, ainsi que ses dirigeants. Washington condamne son « rôle clé dans la répression menée par le gouvernement contre les manifestants ».

Le LEF « a commencé à réprimer les migrants afghans en Iran, en les envoyant dans des centres de déportation (...) contraignant de nombreuses personnes à se battre pour les milices iraniennes en Syrie. En mai 2020, le LEF a été impliqué dans la torture et la noyade de ressortissants afghans tentant de pénétrer en Iran », est-il indiqué.

Les tensions irano-américaines n'ont cessé de croître depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre Téhéran.

(Avec AFP)