Washington prévient que la Russie s'expose à "une grande colère" si elle met fin à l'accord sur les céréales ukrainiennes

Antony Blinken, chef de la diplomatie américain, le dimanche 15 mai 2022 - John MacDougall - AFP
Antony Blinken, chef de la diplomatie américain, le dimanche 15 mai 2022 - John MacDougall - AFP

La Russie s'expose à "une grande colère" de la part de nombreux pays si elle se retire de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes qui arrive à échéance à la mi-novembre, a prévenu jeudi le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir l'accord", a indiqué Antony Blinken lors d'un déplacement à Ottawa.

Il a notamment soutenu qu'une décision de la Russie de mettre fin à cet accord serait accueillie "avec une profonde inquiétude" et "beaucoup de colère par les pays du monde entier qui profitent des céréales ukrainiennes".

L'ONU "relativement optimiste"

Mercredi, le chef de l'agence humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, s'est dit "relativement optimiste" sur la prolongation de l'accord qui permet les exportations de céréales ukrainiennes.

Un deuxième accord, signé aussi le 22 juillet, prévoit la facilitation de ces exportations russes mais Moscou se plaint de ne pas pouvoir vendre, malgré tout, sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant notamment les secteurs financiers et logistiques.

Le système a permis l'exportation de près de 9 millions de tonnes de céréales et de soulager la crise alimentaire mondiale provoquée par la guerre, mais les incertitudes autour de la prolongation de l'accord ont déjà fait remonter les prix de certains produits.

Article original publié sur BFMTV.com