Washington met en garde Israël contre toute annexion unilatérale

WASHINGTON MET EN GARDE ISRAËL CONTRE TOUTE ANNEXION UNILATÉRALE

JÉRUSALEM (Reuters) - L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman a mis en garde dimanche l'Etat hébreu contre toute annexion unilatérale de pans de Cisjordanie occupée, estimant qu'une telle mesure mettrait à mal le plan de paix israélo-palestinien présenté fin janvier par Donald Trump.

"La vision pour la paix du président Trump est le fruit de plus de trois ans d'étroites concertations entre le président, le Premier ministre Netanyahu et leurs équipes respectives", a écrit David Friedman sur son compte Twitter.

"Israël est soumis à l'achèvement (d'un) processus de cartographie mené par un comité conjoint israélo-américain", a-t-il ajouté. "Toute action unilatérale avant l'achèvement du processus de ce comité met en danger le plan et la reconnaissance américaine".

Ce processus, a-t-il précisé un peu plus tard devant des journalistes à Jérusalem, ne sera probablement pas terminé avant les élections législatives du 2 mars.

Présenté le 28 janvier après avoir été reporté à de nombreuses reprises, le plan américain entérine la souveraineté israélienne sur les colonies de Cisjordanie et propose quatre ans de négociations pour parvenir à la création d'un Etat palestinien morcelé avec une capitale dans les faubourgs est de Jérusalem.

A la suite de ce plan, qui a été rejeté par le président palestinien Mahmoud Abbas et par la Ligue arabe, Israël avait fait part de son attention d'annexer "sans attendre" les colonies juives implantées en Cisjordanie, en particulier dans la vallée du Jourdain et sur la côte nord de la mer Morte.


AVANT OU APRES, MÊME REJET PALESTINIEN

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a toutefois paru faire marche arrière samedi malgré la pression des colons et des membres de l'extrême-droite présents au sein de sa coalition pour procéder à ces annexions avant les élections de mars.

"Nous attendons cela depuis 1967 et certains voudraient faire beaucoup de cas d'une question de quelques semaines", a déclaré le dirigeant israélien, qui a assuré dimanche devant son les membres de son cabinet ne pas vouloir "mettre en danger" la reconnaissance américaine.

Quelque 65.000 Palestiniens et 11.000 colons israéliens vivent dans la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte, selon le groupe israélien de défense des droits de l'homme B'Tselem.

Les dirigeants palestiniens estiment que l'annexion de pans de Cisjordanie mettrait à mal le projet d'Etat palestinien qui était jusqu'ici au coeur du processus de paix.

"Nous rejetons nous mesure unilatérale qu'elle soit prise avant ou après les élections", a souligné Nabil Abu Rdainah, un porte-parole du président palestinien. "La seule chose que nous pouvons accepter c'est la carte palestinienne avec les frontières de 1967".


(Dan Williams, version française Marine Pennetier)