Washington estime que le tir du missile russe Sarmat n'est "pas une menace"

·1 min de lecture
Le logo du Pentagone à Washington le 10 février 2021 - SAUL LOEB / AFP
Le logo du Pentagone à Washington le 10 février 2021 - SAUL LOEB / AFP

Le Pentagone a assuré que le tir russe d'un missile balistique intercontinental Sarmat, réussi pour la première fois mercredi, était un essai de "routine" et ne constituait "pas une menace" pour les États-Unis ni leurs alliés.

Moscou a "convenablement informé" Washington de la réalisation de ce test, conformément à ses obligations relevant des traités sur le nucléaire, et il ne s'agissait donc pas d'une "surprise" pour le ministère américain de la Défense, a ajouté son porte-parole John Kirby.

Une cible touchée à 5000km

L'armée russe a annoncé mercredi avoir réussi pour la première fois un tir de ce missile nouvelle génération de très longue portée, salué par Vladimir Poutine comme "une arme unique (...) qui assurera la sécurité de la Russie face aux menaces extérieures et qui fera réfléchir à deux fois" d'éventuels adversaires.

876450610001_6304524585001

Selon le ministère russe de la Défense, le tir a eu lieu à 14h12 et a atteint une cible située à plus de 5000 kilomètres de là. D'un poids dépassant 200 tonnes, le Sarmat est censé être plus performant que son prédécesseur, le missile Voïevoda, qui dispose d'une portée de 11.000 km.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles