Washington dénonce la visite d'un dirigeant israélien d'extrême droite à un mémorial controversé

Le porte-parole du département d'Etat Ned Price lors d'un point-presse à Washington, le 17 février 2021 - KEVIN LAMARQUE © 2019 AFP
Le porte-parole du département d'Etat Ned Price lors d'un point-presse à Washington, le 17 février 2021 - KEVIN LAMARQUE © 2019 AFP

Les États-Unis ont jugé "répugnante" jeudi la participation du ténor de l'extrême droite israélienne Itamar Ben Gvir, qui pourrait occuper un poste important dans le prochain gouvernement de Benjamin Netanyahu, à un mémorial en hommage au rabbin extrémiste Meir Kahane.

"Célébrer l'héritage d'une organisation terroriste est répugnant. Il n'y a pas d'autre mot", a déclaré le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, interrogé sur cette visite lors d'un point de presse.

Les États-Unis restent "préoccupés, comme nous l'avons déjà dit, par l'héritage laissé par Kahane Chai et l'usage persistant de rhétorique d'extrême-droite", appelant par ailleurs "toutes les parties à la retenue et à s'abstenir d'actions qui ne peuvent qu'exacerber les tensions".

Un rabbin extrémiste

Connu pour ses diatribes anti-arabes, Itamar Ben Gvir convoite le ministère de la Sécurité intérieure, un poste clé à l'avant-scène du conflit israélo-palestinien qui connait ses violences les plus importantes depuis sept ans.

Itamar Ben Gvir puise son idéologie dans celle du rabbin extrémiste Meir Kahane, dont le mouvement Kach a été banni en Israël après l'assassinat en 1994 de 29 Palestiniens en train de prier à Hébron, en Cisjordanie, par un de ses sympathisants, Baruch Goldstein.

Les États-Unis avaient désigné Kahane Chai, une ramification du mouvement Kach, comme une organisation terroriste étrangère en 1997. Meir Kahane est un ancien rabbin né aux États-Unis et ancien député israélien qui prônait l'expulsion des Arabes d'Israël. Il a été assassiné à New York en 1990.

Article original publié sur BFMTV.com