Washington juge vraisemblable qu'Israël ait violé le droit international à Gaza, selon un rapport

Le département d'État américain a rendu vendredi ses conclusions sur l'emploi par Israël d'armes américaines dans la bande de Gaza. Faute d'informations suffisantes, Washington ne peut affirmer que l'armée israélienne a violé le droit humanitaire international et poursuivra donc ses livraisons d'armes et de munitions à l'État hébreu.

Les États-Unis jugent vraisemblable qu'Israël ait violé le droit humanitaire international à Gaza sans pouvoir toutefois le conclure de manière définitive, et continueront à livrer des armes à ce pays, selon un rapport du département d'État.

Très attendu et rendu public vendredi 10 mai, le rapport indique qu'il est "raisonnable d'estimer" qu'Israël a utilisé des armes d'une manière incompatible avec le droit humanitaire international et donc la loi américaine, mais que les États-Unis n'ont pas pu parvenir à ce stade à des "conclusions" définitives, faute d'informations suffisantes.

Dans le cas contraire, les États-Unis auraient été contraints de cesser la livraison d'armes à Israël pour sa guerre contre le Hamas, lancée en représailles à l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre et qui a fait des dizaines de milliers de victimes palestiniennes.

"La nature du conflit à Gaza fait qu'il est difficile d'évaluer ou de tirer des conclusions sur des incidents individuels", constate le rapport, qui a été transmis au Congrès.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
À l'ONU, un vote massif mais symbolique en faveur d'une adhésion des Palestiniens
Une attaque d'Israël sur Rafah entraînerait une "catastrophe humanitaire colossale", selon l'ONU
Pourquoi les États-Unis ont-ils suspendu la livraison à Israël de puissantes bombes MK-84 ​​​​​​​?