Washington étudie plusieurs options à l'ONU pour faire pression sur Pyongyang

Le président américain Donald Trump, lors d'une conférence de presse à Washington avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg (hors champ), le 12 avril 2017

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) - Les Etats-Unis étudient plusieurs options au Conseil de sécurité de l'ONU pour faire pression sur la Corée du Nord après un nouvel essai raté de missile balistique, a rapporté mardi un porte-parole de la mission américaine à l'ONU.

"La multiplication des actions de la RPDC (République populaire démocratique de Corée, NDLR) depuis son dernier essai nucléaire nous contraint à étudier un éventail de mesures qui mettraient la pression" sur le régime communiste, a déclaré ce représentant des Etats-Unis.

"Nous examinons avec nos collègues du Conseil de sécurité des options pour répondre à cette série de provocations", a-t-il précisé.

Selon des diplomates, les Etats-Unis préparent une résolution pour imposer de nouvelles sanctions en cas de nouveaux essais nucléaire ou balistique nord-coréens, interdits par l'ONU.

La Corée du Nord a averti lundi qu'elle était prête à mener "à n'importe quel moment" un sixième essai nucléaire, une déclaration qui intervient alors que la tension est déjà à son comble sur la péninsule.

Elle a procédé samedi à un tir de missile balistique, qui s'est soldé par un échec, en riposte apparente à un appel solennel des Etats-Unis à l'ONU pour contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales.

Le régime a réalisé depuis 2006 cinq essais nucléaires, dont deux en 2016. Et les spécialistes s'accordent sur le fait que le régime, l'un des plus isolés au monde, a fait des progrès vers la réalisation de son objectif, qui est de se doter de missiles nucléaires intercontinentaux susceptibles de frapper le sol continental américain.

Le Conseil de sécurité a imposé depuis onze ans six séries de sanctions à l'encontre de Pyongyang --dont deux l'an dernier qui visaient à faire davantage pression sur le régime en le privant de financements pour ses programmes militaires.

Au Conseil de sécurité vendredi, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a appelé tous les pays à réduire ou à rompre leurs relations diplomatiques avec la Corée du Nord et à imposer des sanctions ciblées contre des entités ou des personnes soutenant les programmes militaires nord-coréens.

Washington veut surtout que la Chine soit plus sévère avec son turbulent voisin et allié.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages