Wall Street termine en baisse avec des craintes sur le coût de la relance

par Herbert Lash
·2 min de lecture
WALL STREET TERMINE EN BAISSE

par Herbert Lash

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse mardi alors que les préoccupations sur le coût des dépenses d'infrastructures voulues par le président américain Joe Biden et les possibles hausses d'impôts pour financer le plan de relance de 1.900 milliards de dollars ont freiné les investisseurs.

L'indice Dow Jones cédé 308,05 points (-0,94%) à 32.423,15 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 30,07 points, soit -0,76%, à 3.910,52 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 149,85 points (-1,12%) à 13.227,70 points.

En déclarant dans la journée devant une commission parlementaire que l'économie américaine restait en crise du fait de la pandémie de coronavirus, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qui a défendu la préparation de projets de hausses d'impôts pour financer de nouveaux investissements publics, a mis les investisseurs en alerte.

Janet Yellen s'exprimait devant la commission des Services financiers de la Chambre des représentants après l'audition du président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, qui a déclaré que le risque inflationniste restait faible malgré la hausse des prix avec le rebond de l'économie - des craintes inflationnistes qui ont récemment provoqué une grimpée des rendements obligataires.

Les discussions sur un possible projet gouvernemental massif d'infrastructures () ont mis à cran des investisseurs craignant que le marché boursier se négocie avec des évaluations élevées, a déclaré Rick Meckler, de Cherry Lane Investments, dans le New Jersey.

Après des mouvements en dents de scie au cours de la séance, Wall Street a marqué un net repli à environ 45 minutes de la clôture.

Les prix du pétrole, qui ont chuté de plus de 3% sur fond de nouvelles restrictions sanitaires et de lent déploiement des vaccins contre le coronavirus en Europe faisant craindre un ralentissement de la reprise économique, ont aussi pesé sur le secteur de l'énergie.

Alors qu'ils avaient atteint la semaine dernière un plus haut en 14 mois, les bons du Trésor américain à dix ans se sont repliés et ont affecté des secteurs énergétique et financier jusque-là en surperformance cette année.

Tendance inverse, les grandes valeurs technologiques, en déclin récemment du fait de la montée des rendements obligataires, ont effacé une partie de leurs pertes, a noté Peter Tuz, le président de Chase Investment Counsel, à Charlottesville en Virginie.

"L'argent semble revenir vers elles et à l'écart des groupes qui ont bien performé au cours des trois derniers mois, en particulier le financier et l'énergie", a-t-il dit.

(Rédaction de Paris)