Wall Street rebondit à l'ouverture à la veille de la présidentielle

·2 min de lecture
WALL STREET OUVRE EN HAUSSE
WALL STREET OUVRE EN HAUSSE

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York rebondit lundi à l'ouverture après une semaine difficile, les investisseurs se préparant à une nouvelle semaine mouvementée avec l'élection présidentielle américaine en ligne de mire.

Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones gagne 291,11 points, soit 1,1%, à 26.792,71 points et le Standard & Poor's 500, plus large, 1,07% à 3.304,84 points.

Le Nasdaq Composite prend 0,86% à 11.005,14 points à l'ouverture.

Wall Street a vécu la semaine dernière sa pire performance hebdomadaire depuis mars, plombée par le nombre record de contaminations par le coronavirus aux Etats-Unis, le durcissement des restrictions sanitaires en Europe, les annonces décevantes des géants de la technologie et les incertitudes sur le front politique.

L'élection présidentielle sera le grand rendez-vous majeur des marchés mondiaux cette semaine. Si les sondages au niveau national donnent le candidat démocrate Joe Biden devant Donald Trump, la course est beaucoup plus indécise dans les Etats clés.

Le locataire de la Maison blanche a de nouveau mis en doute dimanche l'intégrité de l'élection, déclarant qu'un dépouillement qui s'étirerait au-delà du jour du scrutin mardi serait une "chose terrible" et laissant entendre que ses avocats pourraient être sollicités.

Les investisseurs suivront par ailleurs cette semaine la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale et la publication d'une nouvelle salve de résultats d'entreprises.

En Europe, les places boursières sont en nette hausse, les investisseurs étant rassurés par la progression plus nette que prévu de l'activité du secteur manufacturier chinois et européen le mois dernier.

Le marché suivra la publication de l'indice ISM manufacturier à 15h00 GMT.

Aux valeurs, le groupe de cosmétiques Estee Lauder gagne 5,39% après des résultats trimestriels meilleurs que prévu et la hausse de 10% de son dividende.

(Édité par Jean-Michel Bélot)