Wall Street ouvre sans tendance au lendemain d'une séance difficile

·2 min de lecture
WALL STREET OUVRE SANS TENDANCE
WALL STREET OUVRE SANS TENDANCE

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York hésite mardi en début de séance et peine à rebondir après les pertes subies la veille, les plus importantes en un mois pour le S&P-500, sur fond de craintes persistantes autour de la pandémie de COVID-19.

Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones perd 59,06 points, soit 0,21%, à 27.626,32 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,03% à 3.400,02 points.

Le Nasdaq Composite prenait en revanche 0,46% à 11.411,47 points à l'ouverture.

Lundi, le Dow Jones a abandonné 2,29%, le S&P-500 a perdu soit 1,83%, sa plus forte baisse depuis quatre semaines, et le Nasdaq Composite a cédé 1,68%.

Les niveaux sans précédent de contaminations par le coronavirus signalés au cours du week-end aux États-Unis et dans certains pays européens ainsi que le blocage du plan de relance budgétaire à quelques jours d'une présidentielle incertaine ont réveillé les inquiétudes sur la reprise économique.

La tendance est également animée par les publications de résultats comme ceux du laboratoire Eli Lilly, qui perd 4,8% après un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes, ou de Pfizer, qui cède 0,95% après avoir annoncé une baisse de chiffre d'affaires.

Les industriels 3M (-2,99%) et Caterpillar (-1,32%) sont aussi sanctionnés après leur trimestriels.

Microsoft (+0,37%) se prêtera à l'exercice après la clôture, en attendant ceux d'Apple, Alphabet, Amazon et Facebook entre autres jeudi.

"En se concentrant sur les grandes entreprises de la technologie, qui semble être le secteur le moins exposé à la peur du virus, le marché pourrait connaître un rebond malgré les problèmes sanitaires", a déclaré Rick Meckler chez Cherry Lane Investments.

Le fabricant de semi-conducteurs AMD perd 2,57% après avoir annoncé le rachat de son rival Xilinx (+10,78%) pour 35 milliards de dollars (29,7 milliards d'euros).

(Laetitia Volga, édité par Marc Angrand)