Wall Street ouvre en hausse, aidée par IBM

La Bourse de New York a terminé sans direction franche mercredi, tiraillée entre les résultats trimestriels contrastés de grandes entreprises comme IBM ou Netflix alors que les investisseurs semblaient moins s'inquiéter de la propagation d'un virus mortel

New York (AFP) - La Bourse de New York montait à l'ouverture mercredi, les investisseurs semblant rassurés par les efforts de la Chine pour contenir un virus mortel et saluant les résultats d'IBM.

Vers 15H20 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,39% à 29.309,99 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,59% à 9.426,13 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, gagnait 0,43% à 3.335,00 points, ces deux indices atteignant des niveaux inédits en cours de séance.

Wall Street avait terminé dans le rouge mardi, fragilisée à son retour de week-end prolongé par les craintes liées à la propagation d'un virus asiatique, par l'abaissement des prévisions de croissance du FMI ainsi que par les nouveaux déboires de Boeing: le Dow Jones avait reculé de 0,52% et le Nasdaq de 0,19%.

Le nouveau coronavirus asiatique, qui a fait 17 morts en Chine et contaminé des centaines de personnes, a ravivé le souvenir des répercussions économiques de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui avait durement frappé la Chine en 2003.

Mais mercredi, "les peurs liées à la propagation du coronavirus semblent s'apaiser un peu alors que la Chine prend des mesures pour le contenir", observent les analystes de Charles Schwab.

La société de biotechnologies Moderna bondissait de 6,83% après avoir indiqué travailler avec les autorités sanitaires américaines "sur une potentielle réponse vaccinale à l'actuelle urgence sanitaire".

- Tesla vaut 100 milliards -

Les investisseurs digéraient par ailleurs une nouvelle salve, contrastée, de résultats d'entreprises.

Le groupe informatique IBM, qui a réussi à renverser la vapeur fin 2019 en faisant croître son chiffre d'affaires après cinq trimestres d'affilée de baisse, était particulièrement salué: l'action, membre du Dow Jones, montait de 3,65%.

Autre membre de l'indice vedette, le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène Johnson and Johnson (JNJ) reculait en revanche de 1,49% après avoir annoncé des résultats annuels contrastés, en raison de la concurrence des génériques qui ont rogné les ventes de ses médicaments phares.

Le géant du streaming Netflix, confronté à une foule de nouveaux concurrents de l'envergure d'Apple et de Disney sur son principal marché, baissait aussi de 2,82% après s'être montré prudent pour 2020.

United Continental, maison mère de la compagnie aérienne United Airlines, a annoncé mardi des résultats financiers 2019 meilleurs qu'attendu, en dépit de la crise du Boeing 737 MAX qui l'a conduit à annuler des dizaines de milliers de vols. Le titre reculait de 0,89%.

Tesla (+4,17%) marquait aussi la séance en dépassant pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars de capitalisation boursière. Le constructeur de véhicules électriques, dont la valeur en Bourse dépassait déjà les valeurs cumulées de Ford et General Motors, surclasse aussi maintenant Volkswagen.

Le franchissement de ce seuil symbolique permet aussi à son patron Elon Musk de se voir attribuer des stocks-options équivalent à plus de 346 millions de dollars.

Intel montait de 2,28% après avoir annoncé la nomination à la présidence de son conseil d'administration d'Omar Ishrak, le PDG de Medtronic, une société spécialisée dans les technologies médicales.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait, évoluant à 1,760% contre 1,774% mardi à la clôture.