Wall Street en hausse avant la réunion de la Fed

par Noel Randewich
·2 min de lecture
WALL STREET CLÔTURENT DANS LE VERT

par Noel Randewich

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé dans le vert lundi sur fond d'espoirs de réouverture de l'économie, en attendant la réunion cette semaine de la Réserve fédérale, dans un contexte d'inquiétude face à la hausse des rendements obligataires.

L'indice Dow Jones a gagné 0,53% ou 174,82 points à 32 953,46 points.

Le S&P-500, plus large, a pris 25,59 points, soit 0,65%, à 3 968,93, un record de clôture.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 139,84 points (1,05%) à 13 459,71 points.

La progression de la campagne de vaccination aux Etats-Unis et le plan de relance de 1.900 milliards de dollars adopté par le Congrès la semaine dernière favorisent toujours des secteurs comme les banques, l'énergie ou les matériaux que les investisseurs s'attendent à voir surperformer lors de la réouverture de l'économie après la crise sanitaire.

Les compagnies aériennes Delta Air Lines, Southwest Airlines et JetBlue Airways ont notamment brillé après avoir fait état d'une amélioration continue de leurs réservations touristiques. D'autres valeurs liées aux loisirs, comme Carnival, ont également progressé.

La politique monétaire plane cependant sur la tendance de marchés et les investisseurs pourraient rester fébriles jusqu'à l'annonce, mercredi à 18h00 GMT, des décisions de la Réserve fédérale.

La banque centrale américaine devrait certes prolonger le statu quo sur les taux mais les marchés attendent surtout le point de vue de ses responsables sur la hausse récente des rendements obligataires et des perspectives d'inflation.

"Les investisseurs ne sont pas d'humeur à prendre trop de risques car ils intègrent la possibilité d'une inflation plus marquée, quoi que puisse dire la banque centrale", déclare Fawad Razaqzada, analyste marchés et économiste à ThinkMarkets à Londres.

Certains acteurs du marché craignent en effet depuis plusieurs semaines que la poursuite du redémarrage de l'économie ne s'accompagne d'une montée en flèche de l'inflation, ce qui pourrait inciter la banque centrale américaine à envisager une hausse des taux.

(version française Jean-Stéphane Brosse)