Wall Street finit en repli, automobile et doutes sur Trump pèsent

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a démarré le deuxième trimestre en baisse lundi, affaiblie des ventes automobiles décevantes en mars et un scepticisme accru sur la capacité de Donald Trump à mettre en oeuvre ses réformes de soutien à la croissance économique.


Plusieurs Etats ont lancé une action en justice contre l'administration Trump qu'ils accusent d'enfreindre la loi en repoussant l'entrée en vigueur de nouvelles normes énergétiques pour plusieurs produits courants.

Cette poursuite renforce le scepticisme des investisseurs sur la capacité du nouveau président à concrétiser ses promesses, à l'origine d'un fort mouvement de hausse des cours.


L'indice Dow Jones a perdu 13,01 points, soit 0,06%, à 20.650,21. Le S&P-500, plus large, a cédé 3,88 points, soit 0,16%, à 2.358,84. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 17,06 points (-0,29%) à 5.894,68 points.

Les déclarations de Donald Trump avant sa première rencontre avec son homologue chinois n fin de semaine ont également pesé sur la tendance. Le président américain a jugé que sa rencontre avec Xi Jinping serait "très difficile", rappelant que les Etats-Unis ne pouvaient tolérer plus longtemps des déficits commerciaux massifs et des pertes d'emplois.

"Le marché a été un peu décontenancé par les récents commentaires de Trump concernant la réunion", relève Andre Bakhos, directeur général chez Janlyn Capital.

Les investisseurs attendent aussi le démarrage de la saison des résultats du premier trimestre avant de pousser plus loin un marché jugé déjà bien valorisé. L'indice S&P se traite à environ 18 fois les résultats estimés pour les 12 mois à venir, au-dessus de sa moyenne de long terme qui se situe à 15.

"Les valorisations sont actuellement à des niveaux raisonnablement élevés. Ce qu'il nous faut pour le reste de l'année ce sont des résultats qui les justifient", souligne Bill Northey (Private Client Group de U.S. Bank).

La semaine qui débute sera par ailleurs chargée en indicateurs économiques, avec notamment la publication vendredi du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis.

Aux valeurs, Tesla a grimpé de 7,27% et touché un pic historique après que le constructeur de voitures électriques a annoncé une hausse de 69% de ses livraisons au premier trimestre, à un volume sans précédent de 25.000 véhicules.

A l'inverse, les autres constructeurs automobiles ont été orientés à la baisse. General Motors a cédé 3,37% et Ford Motor 1,72% à la suite de la publication de chiffres de ventes de voitures neuves inférieurs aux attentes pour le mois de mars, signe d'essoufflement.

Le mouvement de baisse a aussi emporté les distributeurs, comme Penske Automotive Group (-1,86%) ou Group 1 Automotive (-6,86%). Les loueurs sont également affectés à l'instar de Hertz Global (-9%) ou Avis Budget (-5,48%), dans la crainte d'un gonflement des stocks et d'une baisse des prix de revente sur le marché de l'occasion.


Accenture a perdu 1,87%, pénalisé par l'abaissement du conseil de Goldman Sachs de "neutre" à "vendre".


La biotech Novocure s'est envolée de plus de 37% après une avancée dans un traitement du cancer du pancréas.

Panera Bread a bondi de 7,93% après une information de Bloomberg selon laquelle la chaîne de boulangeries et de cafés, présente aux Etats-Unis et au Canada, étudie différentes options pour l'avenir, y compris une cession.



(Yashaswini Swamynathan et Sinead Carew, Juliette Rouillon pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages