Wall Street baisse, prudente avant l'emploi américain

Wall Street ouvre en baisse au début d'une semaine marquée par les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis

New York (AFP) - Wall Street baissait lundi à la mi-séance, démarrant avec prudence une semaine dominée par les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis: le Dow Jones perdait 0,39% et le Nasdaq 0,67%.

Vers 17H00 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average reculait de 81,69 points, à 20.924,02 points, et le Nasdaq, à dominante technologique de 39,26 points, à 5.831,49 points. L'indice élargi S&P 500 concédait 13,42 points, soit 0,56%, à 2.369,70 points.

"On avait peut-être besoin de s'arrêter et de marquer une pause", a commenté Chris Low, de FTN Financial.

L'indice phare Dow Jones de la Bourse de New York avait encore passé un cap symbolique la semaine précédente en franchissant pour la première fois les 21.000 points et le S&P 500, qui sert de jauge au marché d'actions américain, a pris environ 12% depuis l'élection de Donald Trump début novembre.

Le contexte politique semblait lundi moins engageant aux Etats-Unis, a relevé Patrick O'Hare, de Briefing, dans une note, après un week-end au cours duquel le président a lancé une bombe politique en accusant son prédécesseur, Barack Obama, de l'avoir placé sur écoute avant l'élection.

Donald Trump a également signé lundi une version modifiée de son décret migratoire bloqué en justice, afin d'empêcher les ressortissants de certains pays d'entrer aux Etats-Unis.

De plus, "les marchés européens en baisse ont donné le ton avec des inquiétudes pesant sur l'élection française", a avancé Chris Low.

Seul indicateur notable lundi, les commandes industrielles ont augmenté légèrement plus que prévu en janvier aux Etats-Unis, tirées par le secteur volatil des transports.

Temps fort de la semaine sur le plan des statistiques économiques, les chiffres mensuels sur le marché du travail américain seront publiés vendredi.

Avant cela, la Banque centrale européenne (BCE) se réunira jeudi, mais les analystes ne s'attendent pas à ce qu'elle bouleverse sa politique monétaire.

En revanche, la plupart des investisseurs sont convaincus que la Réserve fédérale américaine (Fed) relèvera ses taux lors de sa réunion des 14 et 15 mars, depuis que sa présidente, Janet Yellen, a laissé transparaitre des indices en ce sens vendredi.

- General Motors recule -

Parmi les valeurs, le constructeur automobile General Motors (GM) perdait 2,22% à 37,38 dollars après l'officialisation du rachat de sa filiale européenne Opel/Vauxhall pour 1,3 milliard d'euros par le groupe français PSA.

Netflix, spécialisée dans la diffusion de séries et films en ligne gagnait 1,42% à 141,12 dollars après des commentaires favorables d'analystes.

Dans le secteur technologique, Xerox prenait 2,17% à 7,52 dollars après que la revue financière Barron's a jugé son action peu chère.

La compagnie aérienne Delta Air Lines perdait 3,13% à 48,56 dollars après avoir indiqué que ses recettes pour le trimestre en cours seraient dans le bas de la fourchette des attentes de analystes.

Dans le secteur bancaire, Deutsche Bank perdait 3,67% à 18,64 dollars sur sa cotation new-yorkaise au lendemain de l'annonce d'une augmentation de capital massive et d'un nouveau virage stratégique reçu avec scepticisme.

Le marché obligataire reculait légèrement, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montant à 2,494%, contre 2,484% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,103%, contre 3,074% précédemment.



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages