A Wall Street, les craintes sanitaires éclipsent le plan de relance

·2 min de lecture
WALL STREET OUVRE EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Wall Street a ouvert lundi en nette baisse, les inquiétudes entourant une nouvelle souche du coronavirus détectée en Grande-Bretagne éclipsant totalement l'accord sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine.

De nombreux pays dont une grande partie de l'Europe ont suspendu lundi leurs liaisons avec le Royaume-Uni en raison des craintes que suscite la découverte d'une souche du COVID-19 présentée comme potentiellement très contagieuse par les autorités britanniques.

Dans ce contexte, l'accord au Congrès américain sur un plan de relance de 900 milliards de dollars (737 milliards d'euros) pour fournir à la population et aux entreprises de nouvelles aides face à l'impact de la crise du coronavirus passe complètement inaperçu en Bourse.

L'indice Dow Jones perd 202,86 points, soit 0,67%, à 29.976,19 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,98% à 3.673,13 points après quelques minutes d'échanges.

Le Nasdaq Composite cédait 1,16% à 12.607,23 points à l'ouverture.

L'indice qui mesure la volalité implicite du S&P-500, également appelé 'indice de la peur', bondit de près de 20% à 25,80 points, au plus haut depuis début novembre.

Les valeurs liées aux transports et au tourisme pèsent logiquement sur la tendance: American Airlines, Delta Air Lines, United Airlines, Marriott, Carnival et Royal Caribbean Cruises perdent de 2,5% à 5,3%.

Contre la tendance, les grandes banques progressent après avoir été autorisées par la Réserve fédérale à reprendre les rachats d'actions sous certaines conditions et à continuer de verser des dividendes limités.

J.P. Morgan, Goldman Sachs, Bank of America, Morgan Stanley et Citigroup prennent de 1,8% à 3,4%.

Tesla, qui fait des débuts très attendus au sein du S&P-500, recule de 4,01% à 667,13 dollars après avoir inscrit vendredi un plus haut record à 695 dollars par action et gagné plus de 730% depuis le début d'année.

L'aversion pour le risque fait grimper le dollar et chuter les rendements des emprunts d'Etat. L'indice qui mesure le billet vert face à un panier de référence prend 0,5% et le taux des Treasuries à 10 ans perd 4,5 points de base à 0,903%.

(Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot)