Wall Street, sans conviction, ouvre en petite hausse

La Bourse de New York montait timidement à l'ouverture

New York (AFP) - La Bourse de New York montait légèrement à l'ouverture mercredi, soutenue par l'espoir d'un répit dans la guerre commerciale sino-américaine et de nouvelles mesures de soutien monétaire.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s'appréciait vers 14H00 GMT de 0,01%, à 26.911,15 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,30%, à 8.108,11 points, et l'indice élargi S&P 500 montait de 0,07%, à 2.981,45 points.

Les indices new-yorkais avaient terminé sans direction claire mardi, les courtiers hésitant à s'engager avant des réunions de banques centrales et de nouvelles informations sur le front commercial: le Dow Jones avait grappillé 0,28%, terminant en hausse pour la cinquième séance d'affilée, tandis que le Nasdaq avait lâché 0,04%.

Les premières séances de cette semaine ont surtout été consacrées à une certaine rotation dans le portefeuille des investisseurs, selon Patrick O'Hare de Briefing.

Ils se sont d'une part délestés, observe le spécialiste, de titres sur le marché obligataire, faisant grimper les taux, et d'actions à forte croissance. Ils se sont dans le même temps tournés vers des entreprises à valeur sûre.

- La Fed "naïve" selon Trump -

Signe encourageant: la Chine a annoncé mercredi l'annulation de surtaxes douanières sur 16 catégories de produits importés des Etats-Unis, avant de nouvelles négociations bilatérales prévues début octobre à Washington.

"Toutefois des produits clés comme le soja ou le porc ne sont pas sur la liste", remarque M. O'Hare.

Les investisseurs sont surtout dans l'attente des réunions des Banques centrales européenne jeudi, et américaine le 18 septembre, qui pourraient annoncer de nouvelles actions destinées à redonner du tonus à la croissance.

Donald Trump a de nouveau adressé mercredi des critiques virulentes à la Réserve fédérale (Fed), dénonçant la "naïveté" de son patron, Jerome Powell, et appelé l'institution à ramener les taux d'intérêt à zéro, ou en-dessous.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine se stabilisait, évoluant à 1,733% contre 1,732% la veille à la clôture.

Les indices étaient aussi aidés mercredi par la progression d'Apple (+1,40%), au lendemain de la présentation de toute une série de produits, dont une nouvelle gamme d'iPhone, une nouvelle génération d'iPad et des précisions sur ses plateformes de jeux vidéos et de streaming.

Déjà affectés mardi, Netflix et Disney, qui proposent leur propre plateforme de vidéos, perdaient encore 0,93% et 0,53%.

Uber et Lyft prenaient respectivement 0,21% et 0,99%. Selon une nouvelle loi adoptée mardi en Californie, ces plateformes devront désormais y traiter leurs chauffeurs VTC comme des employés, une décision historique qui pourrait remodeler en profondeur l'économie du partage et valoir d'exemple dans le monde entier.

General Electric (GE), qui a décidé de vendre une partie des actions détenues dans le groupe de services pétroliers Baker Hughes ce qui lui permettrait de lever près de 3 milliards de dollars, montait de 0,77%.

General Motors (GM), qui a décidé de rappeler près de 3,5 millions de voitures pour un problème de pompe à vide affectant le freinage selon des documents publiés par l'agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA), reculait de 0,64%.

Le vendeur de jeux vidéos GameStop chutait de 15,42% après avoir fait part d'une perte plus importante que prévu au deuxième trimestre et avoir abaissé ses prévisions pour l'année.