Wall Street attendue stable après des records, l'Europe au plus haut

par Laetitia Volga
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue stable vendredi au lendemain de nouveaux plus hauts pour ses indices de référence et les Bourses européennes progressent à mi-séance, les dernières statistiques américaines et la croissance record de l'économie chinoise soulignant la vigueur de la reprise.

Les futures sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en ordre dispersé mais sur de faibles variations.

Jeudi, les chiffres solides des ventes au détail et la progression des valeurs technologiques ont permis au Dow Jones de franchir les 34.000 points en clôture pour la première fois, au S&P-500 d'atteindre un plus haut record et au Nasdaq de gagner 1,3% au-dessus de 14.000.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,3% à 6.252,9 points vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,79% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,61%, à plus de 7.000 points pour la première fois depuis février 2020.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,45%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,39% et le Stoxx 600 de 0,41%.

Ce dernier et le Dax ont inscrit de nouveaux records, respectivement à 441,82 et 15.431,09, et l'indice MSCI mondial a lui aussi atteint un niveau sans précédent.

"Alors que la réouverture économique va s'accélérer dans les prochains mois, nous pensons que le marché haussier va rester sur des bases solides", a déclaré Mark Haefele, directeur des investissements chez UBS Global Wealth Management.

La confiance des marchés dans la reprise grâce à la vaccination et aux mesures de relance a été confortée par l'annonce d'une accélération de la reprise en Chine au premier trimestre avec une croissance de 18,3% sur un an, un chiffre légèrement inférieur aux attentes mais qui reste le plus élevé jamais enregistré.

A cela s'ajoutent des résultats de sociétés en hausse plus marquée encore qu'attendu en Europe comme aux Etats-Unis

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Le climat général à la hausse profite à une majorité de secteurs européens. Le plus performant à la mi-journée est celui de l'automobile dont l'indice Stoxx prend 1,83% grâce au bond de 62,7% des immatriculations de voitures neuves en Europe en mars et aux bons résultats de Daimler.

Le constructeur allemand grimpe de 3,07% après avoir annoncé une hausse plus forte que prévu de son bénéfice d'exploitation au premier trimestre, porté notamment par la forte demande en Chine.

A Paris, Renault avance de 2,82%, prenant la tête du CAC 40, et Valeo s'octroie 3,3%.

Parmi les plus fortes progressions du SBF 120, Fnac Darty gagne 4,74% après la nette hausse de son chiffre d'affaires trimestriel.

A la baisse, L'Oréal recule de 2,16%, certains analystes ayant exprimé leur déception face aux chiffres de ventes de la division des produits grand public du géant des cosmétiques malgré une bonne publication d'ensemble.

TAUX

Le rendement à dix ans américain remonte à 1,5728% après avoir chuté jeudi à 1,528%, au plus bas depuis un mois, en raison des tensions accrues entre les États-Unis et la Russie, des achats d'investisseurs japonais et de facteurs techniques. Le marché européen de la dette souveraine suit le mouvement: le rendement du Bund allemand à dix ans gagne plus d'un point à -0,281% et le français s'affiche à -0,0237%.

CHANGES

L'"indice dollar", qui mesure les fluctuations de la monnaie américaine face à un panier de référence, recule de 0,16% et l'euro prend 0,21% à 1,199 dollar, proche d'un pic de plus d'un mois.

"Le billet vert reste faible, les marchés donnant un signe clair qu'ils prennent la parole de la Réserve fédérale pour argent comptant. La Fed a martelé un message 'dovish' qui, pendant un certain temps, n'a pas été pris au sérieux par de nombreux investisseurs. Ce scénario pèse sur le dollar, tout en apportant un soutien à l'euro", commente Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

PÉTROLE

Le pétrole, stable, marque une pause après avoir profité de l'amélioration des perspectives d'évolution de la demande et des signes de reprise économique en Chine et aux États-Unis.

Le Brent évolue à 66,91 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 63,39 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Marc Angrand)