Comment Wall Street a aidé la Grèce à tricher

Certaines tactiques de Wall Street qui ont alimenté la crise des subprimes aux Etats-Unis ont également renforcé la tempête financière qui secoue aujourd’hui la Grèce et mine l’euro. C’est en effet la banque d’affaires américaine Goldman Sachs qui a aidé Athènes (au cours des dix dernières années) à contourner les garde-fous mis en place par l’Europe en dissimulant des milliards d’euros de dettes aux contrôleurs budgétaires de Bruxelles.

A l’heure même où la situation devenait explosive en Grèce, les banques s’efforçaient encore de ­trouver des moyens de permettre à l’Etat de retarder le moment où il se trouverait au pied du mur. Début novembre – soit trois mois avant qu’Athènes ne devienne l’épicentre de l’angoisse financière mondiale –, une équipe de Goldman Sachs est arrivée dans la cité antique avec une proposition très moderne pour cet Etat qui avait du mal à payer ses factures. La délégation, qui était dirigée par le président de la banque en personne, Gary Cohn, a présenté un instrument financier qui aurait repoussé le remboursement de la dette sociale loin dans le futur – tout comme un propriétaire aux abois prend un second crédit hypothécaire pour rembourser le premier.

Les produits dérivés sont au cœur du problème

Cela avait marché auparavant. ­En 2001, juste après l’adhésion de la Grèce à l’Union économique et monétaire européenne, Goldman Sachs, selon des personnes bien informées avait aidé l’Etat grec à emprunter discrètement plusieurs milliards. Ce schéma, dont le public n’avait pas eu vent parce qu’il était conçu comme une transaction sur devises et non comme un prêt, avait permis à Athènes de respecter les règles européennes en matière de déficit tout en continuant à vivre au-dessus de ses moyens.

Athènes n’a pas donné suite à la dernière proposition de Goldman Sachs. Mais, à l’heure où le pays gémit sous le poids de sa dette et où ses voisins plus riches promettent de venir à son secours, les montages ­réalisés ces dix dernières années soulèvent des questions sur le rôle de Wall Street dans le dernier drame financier mondial.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles