Walid Regragui, sélectionneur du Maroc après la victoire face à la Belgique : « Il faudra garder cet état d'esprit combattant »

Walid Regragui (au centre) est fêté par ses joueurs après la victoire face à la Belgique. (P. Lahalle/L'Équipe)

Vainqueur de la Belgique ce dimanche (2-0), le sélectionneur du Maroc s'est projeté vers le match contre le Canada pour valider une qualification en huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Walid Regragui (sélectionneur du Maroc, après la victoire contre la Belgique (2-0)) : « Aujourd'hui nous n'avons encore rien gagné. Bien évidemment, je veux être heureux de cette victoire, mais il nous faut récupérer, le Canada est une très bonne équipe et pour la battre il faudra garder cet esprit combattant. On n'a rien fait, on n'est pas qualifiés et je suis venu pour me qualifier. Peut-être qu'en huitièmes on lâchera plus les chevaux, mais aujourd'hui on a envie d'exister comme les grandes nations, de savoir passer ce tour-là.

lire aussi : Le classement du groupe F

On a cette humilité de savoir qu'il y a des nations qui sont un peu en avance sur nous, même au niveau de la formation et des « top players ». En première période, on a eu l'humilité d'accepter cette domination, de faire le dos rond et de défendre, comme une grande équipe [...] Ils avaient décidé d'aller nous chercher et nous ont étouffés : tactiquement, c'était un match de très très haut niveau, on a surtout bien fermé les lignes de passe pour éviter qu'ils ne trouvent Kevin de Bruyne et Eden Hazard.

Vous allez me trouver fou, mais lorsqu'on a annulé le premier but, j'étais ravi. Je savais que grâce à cette annulation, nous allions avoir envie de battre la Belgique avec peut-être plus d'agressivité. Il y avait encore trop de ballons perdus et nous ne pouvions nous le permettre. Lors de cette deuxième période, nous étions meilleurs, notamment dans la possession du ballon. Le premier but nous a libérés [...] On avait vu que souvent, au premier poteau, ils pouvaient être... pas naïfs, mais un peu confiants. Courtois est très grand, donc au deuxième poteau c'était compliqué. »

lire aussi : Les tops-flops de Belgique-Maroc : Ziyech tranchant, Courtois impuissant