Wali Massoud: «Le Panshir a toujours été un haut-lieu de la résistance» en Afghanistan

·1 min de lecture

Les talibans ont affirmé dimanche avoir gagné du terrain dans la vallée du Panchir, dernier gros foyer de résistance armée aux nouveaux maîtres de l'Afghanistan. Une information non confirmée par Wali Massoud, l'oncle d'Ahmad Massoud qui mène la résistance dans le Panshir. Il s'est exprimé sur RFI.

Selon l'agence Reuters, le chef du Front national de la résistance Ahmad Massoud a annoncé vouloir cesser les combats et discuter avec les talibans. Mais pour son oncle, Wali Massoud, frère de l'ancien commandant Massoud, pas question de déposer les armes : la résistance continue.

« Ce qu'a dit Ahmad Massoud, c'est : si vous voulez que la guerre s'arrête, alors stoppez les combats pour qu'on discute. Mais si vous ne voulez pas, alors bien sûr on va continuer à se battre pour nous défendre et résister. Donc il n'y a rien de nouveau vraiment. »

« La situation sur le terrain est la suivante : les talibans ont engagé des combats intensifs et ils ont recruté de nombreux groupes terroristes, des étrangers et des Afghans, mais la résistance continue. Le Panshir n'est pas une ville, c'est un terrain montagneux, avec beaucoup de vallées. Durant la lutte contre les Russes et durant ces 40 dernières années, le Panshir a toujours été un haut-lieu de la résistance, ce n'est pas seulement une route dans une vallée, mais un ensemble de vallées, rappelle Wali Massoud. C'est pourquoi les résistants vont rester en place. Les talibans sont entrés dans la vallée, ils ont été repoussés, mais ils n'occuperont jamais le Panshir, la résistance va continuer comme c'est le cas à l'heure ou je vous parle. »

« Les talibans ne sont pas capables de former un gouvernement »

Wali Massoud fustige les talibans et leur incapacité à former un gouvernement, l'annonce a sans cesse été repoussée ces derniers jours : « Les talibans ne sont pas capables de former un gouvernement. Ils n'ont pas été capables de fournir à la population afghane des besoins de base. Ils ne seront pas capables de former un gouvernement, car ils ont beaucoup de différends entre eux. Il y a beaucoup de groupes, de groupes terroristes de l'extérieur. »

« Ils n'arriveront pas à créer un consensus avec les pays voisins, ou ceux de la région, insiste le frère du commandant Massoud. Donc je pense que c'est impossible que les talibans puissent former un gouvernement acceptable. »

►À écouter aussi : Invité international - Nicolas Gosset: «il est bien plus compliqué aux talibans de s’accorder entre eux», en Afghanistan

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles