Vu du Royaume-Uni. Laissons la France rejoindre l’alliance Aukus

·1 min de lecture

Londres ne peut se permettre de voir les relations avec son principal partenaire militaire européen se détériorer, estime le quotidien The Times. Inclure le principal acteur de l’Union européenne dans la zone indo-pacifique serait en outre particulièrement judicieux.

De l’autre côté de la Manche, une bonne partie de la presse britannique se gausse. Se délecte, même, de “l’humiliation d’Emmanuel Macron” après la création du pacte de défense Aukus entre Washington, Canberra et Londres au détriment d’un partenariat stratégique franco-australien assorti d’un contrat de vente historique de 12 sous-marins. “Difficile de ne pas en éprouver une certaine joie maligne, concède The Times. Rares sont les Britanniques qui ressentent beaucoup de sympathie pour un dirigeant français qui s’est avéré être le principal bourreau de la Royaume-Uni tout au long des négociations sur le Brexit depuis 2017.”

Pour autant, ajoute immédiatement le journal conservateur, “cette joie maligne ne va pas rendre notre monde plus sûr”. L’exclusion de la France du pacte annoncé mercredi 15 septembre constitue même une erreur stratégique. Paris, insiste The Times dans son éditorial du jour, demeure un allié de poids, en particulier dans le cadre de l’Otan et de la lutte internationale contre le terrorisme.

Le pays a pris la tête des missions de combat contre les terroristes islamistes opérant au Sahel, dont l’action menace directement les pays d’Europe, y compris le Royaume-Uni. Pas plus tard que la semaine dernière,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles