Vu du Royaume-Uni. Un an après, la Chine fait tout pour faire oublier que le Covid-19 est apparu à Wuhan

The Guardian (Londres)
·2 min de lecture

Pékin essaie de redorer son image et ne plus être perçu comme le pays à l’origine de la pandémie, écrit le quotidien britannique The Guardian. Une véritable bataille d’information. Explications.

Plus de 60 millions de personnes dans le monde ont été contaminées par le virus du Covid-19 et près d’1,5 million en sont mortes depuis que fin décembre 2019, des cas mystérieux de pneumonie ont été signalés dans plusieurs hôpitaux de Wuhan. Le nouveau coronavirus serait apparu dans un marché de cette ville du centre de la Chine (province du Hubei). Et certains, dont Donald Trump notamment, n’ont pas hésité à parler de “virus chinois”.

Pour contrer ce genre d’accusations, Pékin se démène pour se défaire de l’image délétère de pays à l’origine de cette calamité mondiale, comme l’explique The Guardian. Le quotidien britannique souligne que Le Quotidien du peuple, journal officiel du régime, a affirmé la semaine dernière sur sa page Facebook que le virus ne venait pas de Wuhan. Le ministère chinois des Affaires étrangères avance quant à lui qu’il faut distinguer le lieu d’origine du virus et le lieu de la contamination à l’homme. Selon le Guardian toujours :

Des scientifiques chinois ont même soumis un article pour publication dans le Lancet – même si cet article n’a pas encore été validé par des pairs relecteurs. Cet article soutient que ‘Wuhan n’est pas l’endroit où la transmission d’humain à humain du Sars-CoV-2 s’est produite pour la première fois’ et suggère au contraire que le premier cas pourrait venir du ‘sous-continent indien’.

À lire aussi: Chaos. Effet papillon : du pangolin de Wuhan au rayon papier toilette de l’épicerie du coin

La majorité des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :