Vu de Pologne. Le sort des migrants “n’intéresse pas les grands de ce monde”

·1 min de lecture

L’approche sécuritaire du gouvernement polonais dans la crise migratoire en cours fait passer au second plan la vie des personnes coincées dans la zone frontalière, dénonce l’hebdomadaire Tygodnik Powszechny.

Une jeune femme tenant son enfant dans ses bras, dans l’ombre menaçante d’un hélicoptère militaire. Une “situation limite”, titre l’hebdomadaire catholique libéral Tygodnik Powszechny dans son édition du mercredi 17 novembre. Sa couverture est l’image qui manquait la veille, alors que les autorités polonaises diffusaient des vidéos des affrontements au poste-frontière de Bruzgi-Kuznica, où s’étaient rassemblés jusqu’à 3 500 migrants (d’après Varsovie).

À lire aussi: Pologne-Biélorussie. L’UE se résout à prendre contact avec Loukachenko

Les familles, les personnes âgées, les enfants piégés dans la zone frontalière étaient absents de ces scènes d’émeutes sensationnelles, où grenades assourdissantes, gaz lacrymogènes et canons à eau polonais répondaient aux pierres lancées depuis le territoire biélorusse.

“Leur seul souci est la frontière”

Le sous-titre, “Entre sécurité et humanité”, décrit de façon efficace la triste réalité des milliers de personnes coincées à la frontière entre les deux pays, et dont le sort “n’intéresse pas les grands de ce monde”, regrette l’hebdomadaire dans son éditorial.

“Le gouvernement, l’Union européenne, l’Otan : leur seul souci est la frontière”, au risque de faire passer au second plan la vie de “ces gens qui ont pris la décision dramatique de quitter leur pays [et] qui souffrent”.

Déconstruire l’image du “réfugié-agresseur”

Cette photo de une, tout comme les autres images diffusées par

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles