Vu de l’étranger. Le retour à l’école en France est-il un “non-sens” ?

Courrier international (Paris)
1 / 2

Vu de l’étranger. Le retour à l’école en France est-il un “non-sens” ?

Après trois de mois de classe à la maison, les écoliers et collégiens retrouvent le chemin de leurs établissements, ce lundi 22 juin. Alors que le protocole sanitaire est assoupli, la presse étrangère s’interroge sur la nécessité de cette décision.

Une rentrée des classes à seulement deux semaines des vacances d’été : les élèves de maternelles, primaires et collèges reprennent les cours en France, lundi 22 juin, et ce de manière obligatoire.

Au Royaume-Uni, le journal The Times s’appuie sur le témoignage de plusieurs maires de communes françaises : “certaines autorités locales déclarent qu’il est impossible de rouvrir totalement les écoles sans violer les règles d’hygiène même si celles-ci ont été assouplies.” Le quotidien cite le maire de Guise (Aisne), Hugues Cochet, qui qualifie ce retour à l’école de “non-sens”.

Dès le début du mois de juin, le Conseil scientifique s’est montré favorable à des règles sanitaires moins strictes à l’école. Une étude menée par des chercheurs français a démontré que les enfants sont moins contaminants que les adultes.

“Si jusqu’à présent une distance minimale de quatre mètres était exigée entre les élèves pour éviter les contacts, désormais cette consigne n’est plus de mise dans les différents établissements scolaires, elle a été ramenée à un mètre latéralement — dans la mesure du possible. Par ailleurs, les enseignants sont incités à faire cours en plein air, ajoute El Periódico de Catalunya.

Le quotidien catalan rappelle qu’élèves et professeurs sont encouragés à continuer de respecter certaines règles sanitaires, comme le lavage des mains.

Depuis la réouverture des établissements scolaires mi-mai, quelque 1,8 million d’écoliers, sur un total de 6,7 millions, sont retournés à l’école et 600 000 sur 3,3 millions au collège.

Le baccalauréat “n’aura

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :