Vu de l’étranger. Aukus : l’“autonomie stratégique” européenne est-elle possible ?

·1 min de lecture

Conséquence de la “trahison” de ses alliés rassemblés par le pacte Aukus : la France va tenter avec un nouvel élan de bâtir l’“autonomie stratégique” de l’Union européenne. Non sans rencontrer des problèmes et un manque de solidarité entre États membres, observe la presse étrangère.

Quelle est la place de la France après la création de l’alliance Aukus dans le secret, sans Paris, privant la France d’un contrat d’armement pesant des milliards d’euros ? Face à la crise diplomatique inédite provoquée par les manœuvres des États-Unis, de l’Australie et du Royaume-Uni dans le Pacifique, la question se pose de nouveau, observe la presse internationale.

Selon Marc Bassets dans El País, il s’agit “d’une affaire d’orgueil national ou de grandeur* de la France”, portée par le général de Gaulle après la Seconde Guerre mondiale, dans un environnement international qui ne suit plus les mêmes règles. “C’est comme si, en un peu moins d’un mois, la France et l’Europe s’étaient réveillées en sursaut dans un monde où les puissances mondiales agissent sans se soucier de leurs alliés, où chaque pays doit se débrouiller seul et où ceux qui n’anéantissent pas leur rival sont anéantis.”

À lire aussi: Vu de Suisse. Les sous-marins australiens, une triple gifle pour Macron et la France

Il y a d’abord eu le retrait américain d’Afghanistan, avec la chute du pays aux mains des talibans et l’évacuation chaotique de l’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles