Vu de Hongrie. Une “guerre des nerfs” à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie

·1 min de lecture

Alors que la crise migratoire s’aggrave à la frontière polono-biélorusse, l’hebdomadaire libéral HVG tacle l’offensive de Poutine et Loukachenko contre l’Europe, raconte “l’amertume” des réfugiés et explique comment le Premier ministre magyar, Viktor Orbán, essaie de profiter politiquement de la situation.

L’ombre du dictateur Alexandre Loukachenko dans celle de Vladimir Poutine et celle des migrants dans un missile, allégorie de l’offensive menée par Moscou et Minsk contre l’Union européenne à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Sur la couverture de son édition du jeudi 18 novembre, l’hebdomadaire libéral HVG résume d’une manière frappante la grave crise géopolitique et humanitaire se déroulant actuellement aux portes de l’Union européenne. Une “guerre des nerfs” (idegháború) selon le terme employé par le magazine de référence, maniant un subtil jeu de mots avec hidegháború, signifiant “guerre froide”.

À lire aussi: Pologne-Biélorussie. L’UE se résout à prendre contact avec Loukachenko

Depuis Bialystok, principal point d’accueil des réfugiés, situé à soixante kilomètres de la Biélorussie, un envoyé spécial de HVG raconte “l’aggravation jour après jour” de la crise, “l’amertume grandissante” des migrants souhaitant entrer dans l’Union européenne, la “division” des États membres et “l’enrichissement” des passeurs, qui profitent des “incitations à franchir la frontière” de Loukachenko.

“Triomphe” hongrois potentiel

“Ils ont demandé 8 000 dollars par personne et nous ont menti en nous disant que nous passerions facilement”, témoigne un Afghan parti avec son épouse et leurs deux enfants. Un habitant du village

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles