Vu d’Italie. Pourquoi la Grèce résiste-t-elle si bien au coronavirus ?

Corriere della Sera (Milan)
1 / 2

Vu d’Italie. Pourquoi la Grèce résiste-t-elle si bien au coronavirus ?

Avec seulement 1 832 personnes contaminées et 81 décès au 7 avril, le pays méditerranéen semble avoir particulièrement bien tenu face à la pandémie de coronavirus. Selon le quotidien italien Corriere della Sera, cette réussite s’explique par la bonne attitude du gouvernement, qui a su tirer les leçons de ce qui se passait dans les autres pays.  

Face à la crise du coronavirus, parmi les pays du Vieux Continent de “taille moyenne”, la Grèce semble particulièrement bien préservée. C’est ce que note le quotidien milanais Corriere della Sera qui compare les chiffres de plusieurs nations européennes aux populations (plus ou moins) similaires :

Le 7 avril, le nombre des décès dus au Covid19 dans le pays était de 81 et celui des contaminés de 1 832, c’est un pourcentage très bas. Au Pays-Bas il y a 1 122 personnes infectées par million d’habitants, on en dénombre 1 400 en Autriche et 1 447 en Belgique. En Grèce, à peine 163.”

Face à ces chiffres positifs, le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, est resté prudent, en affirmant que “le rythme de diffusion du virus est relativement encourageant”. Pourtant, souligne le Corriere della Sera, au début de l’épidémie, le pays avait de quoi s’inquiéter.

Les conditions idéales pour un “scénario catastrophe”

“Théoriquement, la Grèce se présentait comme la victime idéale de la pandémie, affirme le quotidien milanais. Le système sanitaire est affaibli par une décennie de coupes sauvages et les habitudes font que les gens vivent beaucoup à l’extérieur. Les conditions idéales pour un haut pourcentage de contaminations, avec une conséquente saturation rapide des

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :
La zizanie européenne. Coronavirus : comment font-ils en Europe de l’Est ?
Politique. Face à la crise, l’UE n’a toujours pas de position commune
Flou. En l’absence de Boris Johnson, qui tient vraiment la barre ?
Témoignage. À New York, le cœur “déchiré” d’un médecin d’un quartier pauvre du Queens