Vu d’Italie. Belmondo, l’acteur qui rendait les Français heureux

·1 min de lecture

Rares sont les acteurs qui auront procuré autant de joie au public français, salue le quotidien italien La Stampa. Avec Jean-Paul Belmondo à l’écran, la bonne humeur revenait “même quand tout allait mal”.

“Bébel s’en est allé par un beau jour de fin d’été à Paris. Un jour de soleil comme on n’en avait pas vu encore [cette année], même en plein mois d’août”, constate dans La Stampa le journaliste et écrivain Leonardo Martinelli au lendemain de l’annonce du décès, lundi 6 septembre, de Jean-Paul Belmondo.

Un monstre sacré du cinéma qui, d’après Martinelli, “symbolisait pour tous les Français le soleil de la bonne humeur, même quand tout allait mal : le sourire en toutes circonstances. Qu’il était fort, Jean-Paul !”

“Le charme d’un homme heureux”

“Gueule de boxeur et sourire d’ange”, Belmondo mettait tout le monde d’accord, poursuit l’article :

Depuis la fin des années 1950, de la Nouvelle Vague au cinéma populaire, il a su réconcilier les genres et les styles, injectant à ses personnages la sympathie qui lui était naturelle, son enjouement et le charme incorrigible d’un homme heureux.”

Contrairement à son ami et un temps rival Alain Delon, Belmondo “avait l’air de venir du peuple”, lui qui pourtant était né à Neuilly, en 1933, dans “une famille d’artistes bourgeois” (sa mère était artiste peintre et son père sculpteur). Gouailleur et chaleureux, il passait partout et semblait plaire à tout le monde.

Son coup de sang contre Alain Delon

Mais aussi bonhomme fut-il, il pouvait arriver à Bébel de s’énerver –

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles