Vu d’Algérie. Le “geste fort” adressé par Macron aux harkis

·1 min de lecture

À l’occasion d’un discours devant 300 représentants des familles d’anciens combattants de l’armée française durant la guerre d’Algérie, le président français a reconnu officiellement le 20 septembre que “la France avait manqué à ses devoirs” et annoncé la présentation d’une “loi de reconnaissance et de réparation en leur faveur” avant la fin de l’année, raconte le site algérien TSA.

À quelques mois de l’élection présidentielle, celui qui n’est pas encore candidat à sa réélection “multiplie les gestes envers les communautés qui composent la France”, note Tout sur l’Algérie (TSA). Selon le site d’information algérien, il est “évident” qu’Emmanuel Macron cherche à “ratisser large” en vue d’une réélection “qui s’annonce compliquée”.

Ce lundi 20 septembre, ce sont les harkis, ces Algériens engagés du côté français au cours de la guerre d’Algérie, qui ont “eu droit à un geste fort”.

À lire aussi: Histoire. France-Algérie : peut-on construire une mémoire commune “sans repentance ni excuses” ?

Devant 300 personnes, parmi lesquelles se trouvaient des harkis, leurs descendants et des représentants de leurs associations, Emmanuel Macron a reconnu que la France avait “manqué à ses devoirs” avant d’annoncer la présentation d’“une loi de reconnaissance et de réparation en leur faveur”, avant la fin de l’année :

La France leur a lâché la main et leur a tourné le dos […] Ce fut le terrible sort des harkis, exclus, assujettis, empêchés, Français toujours, bannis de leur sol natal, bafoués sur leur sol d’accueil.”

Selon le site algérien, le discours présidentiel parachève une série de gestes

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles