Vu d’Égypte. Dans le monde arabe, les femmes n’ont pas d’intimité

·2 min de lecture

Depuis son plus jeune âge, cette Égyptienne n’a jamais eu d’espace à elle. Le témoignage qu’elle livre à Raseef22 résonne avec ce que peuvent ressentir la plupart des femmes de la région.

Après trois ans de mariage, mon mari a dû voyager seul pour la première fois. C’est à ce moment-là que m’est venue une idée. Le temps de son voyage, j’allais le passer dans notre maison, et non dans celle de ma mère. Le premier jour où j’ai été seule chez moi, j’ai découvert quelque chose d’important, à savoir qu’à mon âge (je vais avoir 40 ans), c’était la première fois de ma vie que j’avais un chez-moi, ne serait-ce que pour une courte période. J’avais l’impression de ne jamais avoir vécu auparavant une telle expérience. J’en éprouvais une joie extrême mêlée d’une peur intense. J’étais tiraillée entre l’envie de faire des milliers de choses et celle de me blottir au fond de mon canapé préféré et d’y rester sans bouger. Voilà ma vie, voilà mon espace privé, et j’ai pu en profiter pleinement pendant toute une semaine. Que signifie tout ce confort, cet espace personnel ? Et comment ai-je été privée de ce sentiment jusqu’à présent ?

Pendant mon enfance, dans le grand appartement familial, mon frère et moi partagions une chambre à coucher spacieuse. Ce grand frère était mon aîné de six ans. Quand je n’ai plus été en âge de partager une chambre avec lui — “parce que ça y est, tu es une vraie jeune fille, maintenant”, m’a alors dit ma mère —, la solution n’a pas consisté à me donner une chambre à moi, mais de m’installer sur le canapé du salon. Oui, ce canapé a été mon espace non privé tout au long de mon adolescence, jusqu’à la mort de mon père, après quoi j’ai partagé la chambre à coucher de ma mère. Un unique canapé dans le salon, voilà ce qu’était mon espace de jeune fille, pendant la période la plus sensible de ma vie — l’adolescence —, tandis que mon père et ma mère pouvaient fermer la porte de leur chambre et que mon frère faisait de même avec la sienne.

À lire aussi: Droits des femmes

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles