Vu du Canada. Le Robert en ligne ajoute “iel”, “ce pronom qui dérange et qui dégenre”

·1 min de lecture

Que penser du pronom “iel” ? s’interroge à Montréal Le Devoir. Et surtout, que pensent les lexicographes et linguistes québécois de l’initiative du Robert ?

L’entrée du pronom neutre de troisième personne “iel” dans l’édition en ligne du dictionnaire Le Robert provoque depuis mardi des débats très binaires en France. On y est radicalement contre ou radicalement pour. Et ici ? Des discussions aussi, mais bien moins clivées. Certains lexicographes estiment que Le Robert sort de sa fonction, en précédant l’usage plutôt qu’en le suivant. Petit tour de piste des réactions à ce “iel” au Québec.

“Nommer une chose, c’est la faire exister”, nomme l’autrice et professeure à l’Uqam Lori Saint-Martin, pour saluer l’importance à ses yeux du choix du Robert de suivre les mouvements très rapides qui agitent, depuis deux ou trois ans, la langue et ses réflexions entourant la diversité raciale et l’identité sexuelle.

Or, pour de nombreux lexicographes québécois, le travail d’un dictionnaire, c’est de “nommer ce qui existe” plutôt que de “nommer pour faire exister”. “Ce n’est pas à un dictionnaire d’être le premier sur la ligne de front, estime la lexicographe Nadine Vincent. Quand j’étudiais, on disait que le dictionnaire était toujours dix ans en retard sur l’usage ; maintenant, les entrées sont plus rapides. Mais quand même…”

Un terme extrêmement rare

Robert Berrouët-Oriol, linguiste-terminologue, est du même avis. “Au Québec, en France, en Suisse, en Belgique, dans les pays francophones d’Afrique, en Haïti, le terme ‘iel’ me semble extrêmement rare. C’est comme s’il fallait l’introduire – c’est ma deuxième réserve – parce qu’il y a un débat de société sur un enjeu beaucoup plus large.”

À lire aussi: Vu de l’étranger. La mission anti-woke de Jean-Michel Blanquer

Pour lui, le combat des personnes non binaires, “ou le combat de la société pour que leurs droits soient respectés et compris dans

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles