Vu de Belgique. Les PFAS sont un fléau écologique, mais peut-on s’en passer ?

·1 min de lecture

Suite à un scandale dans la région d’Anvers, la Belgique prend conscience de la présence importante de sulfonate de perfluorooctane (PFOS) dans ses sols et ses cours d’eau. Cette molécule appartient à la famille des substances polyfluoroalkylées (PFAS), connues pour leur grande résistance et leur dangerosité pour l’environnement et la santé humaine.

Un scandale écologique d’ampleur secoue la Belgique : à l’occasion de travaux sur le périphérique d’Anvers, dans le nord du pays, des taux anormalement élevés de sulfonate de perfluorooctane (PFOS) ont été relevés dans les sols et attribués à l’usine 3M de Zwijndrecht. Dans un rayon allant jusqu’à 15 kilomètres, on demande désormais à la population de ne plus consommer les fruits et légumes du jardin ainsi que les œufs de son poulailler, tandis qu’une commission parlementaire a été chargée d’établir les responsabilités.

À lire aussi: Pollution. La Belgique découvre un scandale écologique de grande ampleur

En réalité, cela fait près de vingt ans que la multinationale 3M (connue notamment pour ses Post-it et son ruban adhésif Scotch) a cessé la production de PFOS, considérés comme dangereux pour la santé. Mais le fait d’avoir arrêté de produire des PFOS est loin de clore le dossier : ce sont des produits chimiques persistants. Les PFOS appartiennent à la catégorie plus large des substances polyfluoroalkylées (PFAS), une “famille à problèmes qui compte plus de 7 000 membres”, comme le résume Knack, qui leur consacre sa une cette semaine. Et le magazine belge de prévenir : “Ils sont littéralement partout.”

Ils jouent un rôle essentiel dans des centaines de processus industriels et se retrouvent dans une multitude de produits finis. Peintures, lubrifiants, alliages métalliques, masques médicaux, rouges à lèvres, emballages alimentaires en papier ou carton

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles