"Elle a vraiment une vie propre": Rick Astley célèbre les 35 ans de "Never gonna give you up"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Rick Astley dans le clip de
Rick Astley dans le clip de

Le 28 juillet 2021, il a passé le cap du milliard d'écoutes sur Youtube. Never gonna give you up, le tube de Rick Astley, a également fêté ses 35 ans d'existence, mercredi 27 juillet.

"Never gonna give you up a 35 ans aujourd'hui! Si c'était une personne, elle serait assez vieille pour être président, selon la loi américaine. Elle a vraiment une vie propre et j'apprécie tout l'amour, le plaisir et les rires qui l'entourent! Au 35 prochaines années!", a ainsi tweeté le chanteur britannique.

La chanson, sortie donc au cœur de l'été 1987, s'est d'abord frayée un chemin dans les charts de l'époque. Ecrite par Matt Aitken, Mike Stock et Pete Waterman - le trio de producteurs à l'origine du tube You spin me round de Dead or alive -, elle est extraite du premier album d'un tout jeune chanteur britannique âgé de 21 ans, Rick Astley.

L'album, intitulé Whenever you need somebody, sort quelques mois plus tard, en novembre 1987, et contient quelques autres tubes comme Whenever you need somebody ou Together forever. Il se vendra 15 millions d'exemplaires dans le monde.

Des charts au rickrolling

Mais c'est Never gonna give you up qui tape dans l'oreille du public et devient dès la fin de l'année 1987 numéro un en Grande Bretagne, puis dans de nombreux pays dès 1988. Elle est aujourd'hui l'une des quelques chansons à avoir dépassé le milliard de vues sur YouTube, avec Gangnam Style de Psy et, dans un autre registre, Smells Like Teen Spirit de Nirvana.

Ce ne sont pourtant pas ses passages en radio ou les ventes du disque qui ont scellé le destin de ce tube, mais le Web. Millionnaire à 24 ans, Rick Astley prend sa retraite en 1994, avant de tenter un comeback en 2001. Mais pour lui, et pour Never gonna give you up c'est entre 2005 et 2008 que tout bascule.

En 2005, d'abord, la chanson refait surface dans un épisode de la série américaine It's always sunny in Philadelphia. En 2006, naît le "duckroll", une blague du Web née sur le forum 4chan, qui consiste à afficher une image de canard à roulettes de façon intempestive. L'internaute clique sur un lien, pensant accéder à un certain contenu et... tombe sur le canard à roulette. C'est le "duckrolling".

"C'est bizarre, mais c'est drôle"

Du duckrolling au rickrolling, il n'y a qu'un pas. Il est franchi en 2007. Le 29 mars sort la première bande annonce du jeu vidéo Grand Theft Auto IV (GTA IV). L'engouement des internautes est tel que les serveurs de Rockstar Games, l'éditeur du jeu surchauffent. Le trailer est inaccessible. Les petits malins de 4chan donnent alors accès à un site miroir censé mener vers la fameuse bande annonce. Ceux qui cliquent n'accèdent pas à GTA, mais au clip de Never gonna give you up.

Le phénomène explose vraiment quelques jours plus tard, le 1er avril, jour des blagues, où tout le monde se fait "rickroller" à gogo. Il finit par quitter le domaine du virtuel pour investir les rues. En 2008, les Anonymous vont manifester devant les locaux de la scientologie, en chantant Never gonna give you up.

Un peu dépassé par les événements et l'ampleur du phénomène, Rick Astley a finalement pris les choses de bonne grâce. "C’est un peu étrange, pour être honnête, d’avoir ces vidéos de soi, jeune homme, comme ça sur Internet. J’ai 42 ans maintenant, c’est un peu bizarre quand même. Mais c’est drôle", expliquait-il en 2008 au Los Angeles Times.

Moqué, célébré, remixé

"Never Gonna Give You Up a été moqué, célébré, remixé (...) par une génération qui mangeait encore de la purée de carottes lorsque la chanson a atteint le sommet des charts pop", notait avec humour le journal américain.

Dix ans plus tard, en 2018, le mème, toujours vivace, a surpris les fans de la série Westworld. Pensant découvrir des images inédites de la deuxième saison, ils avaient découvert Dolores, l'une des héroïnes de la série incarnée par Evan Rachel Wood, interpréter... Never gonna give you up.

En 2021, la chanson a fait un pas de plus dans la pop culture, intégrant une scène de la série Ted Lasso. Muette au moment de commencer l'éloge funèbre de son père, Rebecca (Hannah Waddingham) entonne le premier couplet de Never gonna give you up - We're no strangers to love /You know the rules - suivie de tous les spectateurs dans l'église.

Le titre a enfin franchi un dernier cap et investi Fortnite, où un emote Never Gonna est désormais disponible. TikTok ne l'a pas oublié non plus et le morceau y est utilisé dans plus de 150.000 vidéos. Bien plus qu'un simple tube des années 80, Never gonna give you up est aujourd'hui une légende.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles