Les vraies raisons du retrait militaire français de Dakar

La décision de fermeture des bases militaires au Sénégal devrait être effective au plus tard le 4 avril 2010, dans le cadre de la signature d’un nouvel accord qui remplacera celui du 29 mars 1974. Il aura fallu d’âpres négociations pour en arriver à cette décision synonyme de
déchirure pour les français. Les exigences sénégalaises ont paru inacceptables pour la France. Le Sénégal voudrait simplement reprendre les 300 hectares de terre qui constituent l’emprise de la base militaire de Bel Air. D’importants projets immobiliers sont prévus sur ce coin de Dakar, qui surplombe la baie de Hann et donne une vue sur l’Atlantique et l’île de Gorée. Les autorités sénégalaises ont alors proposé de céder des terres à l’Armée française pour une nouvelle implantation dans la région de Thiès (70 kilomètres à l’est de Dakar). Hervé Morin,ministre français de la défense, a expliqué au Président Wade que cette proposition n’était pas recevable, considérant que Dakar offrait plus d’intérêt stratégique pour l’Armée
française.

En annonçant la décision prise ‘de commun accord’, la présidence de la République du Sénégal a indiqué que la présence de l’Armée française au Sénégal, après plus de cinquante ans d’indépendance, n’est plus compréhensible. Il avait affirmé en mai 2008 que le Sénégal ‘ne
serait pas le dernier pays à maintenir une base militaire française en Afrique’. ‘Il ne peut pas y avoir d’agressions extérieures. J’ai beau réfléchir, je ne vois pas qui peut agresser le Sénégal’, avait-il souligné. Cet alibi de la souveraineté nationale étrangle de rage les militaires français. ‘Souveraineté nationale, mon œil ! Si tant est que le Sénégal voudrait nous faire partir pour des raisons de souveraineté nationale, pourquoi nous propose-t-on d’aller réimplanter la base de notre unité opérationnelle du 23e Bataillon d’infanterie
marine (Bima) de Bel Air?’, fulmine un officier français.

Il faut dire que la partie française savait, depuis belle lurette, les dès pipés et les positions inconciliables. C’est pourquoi Hervé Morin s’était déplacé pour officiellement porter un message du Président Nicolas Sarkozy à son homologue sénégalais, lui confirmant
la décision de fermer la base de Dakar. En fait, le Président français devra annoncer une telle décision mercredi prochain 24 février 2010 à Libreville, au Gabon. La partie sénégalaise n’a pas, elle non plus, voulu être en reste. Le porte-parole du Président Wade, Mamadou Bamba Ndiaye, publia un communiqué dans la soirée de jeudi dernier, à partir de Bamako pour revendiquer l’initiative de la rupture en alléguant des considérations de souveraineté nationale. Le communiqué de presse a pris de court les autorités françaises. Ainsi, des sources anonymes à l’Hôtel de Brienne, siège du ministère français de la Défense à Paris, s’empressaient de préciser que ‘le concept de bases militaires a vécu. On va vers la mise en place d’un pôle de coopération régionale. Les détails de la mise en œuvre doivent encore faire
l’objet de discussions avec la partie sénégalaise’. C’est dire que les Français
resteront partiellement au Sénégal et leur point de fixation devrait être la
base aérienne de Ouakam, communément appelée DA 160.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles