Vrai succès populaire, "Amélie Poulain" était un film réac' pour la critique de l'époque

·1 min de lecture

En avril 2001 sortait sur les écrans " Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ", de Jean-Pierre Jeunet, évocation farcesque du Paris populaire incarnée par Audrey Tautou et Mathieu Kassovitz. Succès phénoménal en France comme à l’étranger, ce film poétique et inventif ne fut pas toujours accueilli avec bienveillance en son temps.

Mais qu’avait-elle donc commis pour mériter ça ? Elle : Amélie Poulain, une jeune parisienne de 22 ans affligée par le sort et qui, entre autres drames, ne s’est jamais remise d’avoir perdu sa mère écrasée sur le parvis de Notre-Dame par une touriste qui confondait son destin avec celui d’un volatile.Le désespoir n’est pas qu’une affaire de deuil : accablée par son père obsessionnel qui voue un culte aux nains de jardin encombrant son jardinet banlieusard et, par ailleurs, désespérée d’avoir perdu son poisson rouge adoré, l’héroïne ne dialogue qu’avec son spleen et ses névroses. Serveuse dans un bar du 18e arrondissement de Paris où les habitués noient leur désolation dans diverses boissons et divagations, Amélie, à la suite de plusieurs événements rocambolesques et à sa rencontre avec le dénommé Nino Quincampoix, décide de bouleverser son triste destin et se met en tête de rendre heureux tous les gens qu’elle croise sur son chemin, même contre leur gré…Le triomphe et l’hallaliSouvenez-vous : c’était au mois d’avril 2001. Une jeune actrice au minois irrésistible, Audrey Tautou, incarnait le rôle-titre du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Origine, préparation, dégustation : et si on buvait du vrai café ?

"Quoi qu’il en coûte" : posture martiale, vrai renoncement

Mortalité : quel est le vrai bilan du Covid-19 ?

Bataille de chiffres : qui dit vrai sur les "lits de réa" ?

"Marianne" : "germanophobes" ou vrais défenseurs de l’Europe ?