VIDEO. Napoléon Bonaparte a-t-il vraiment rétabli l'esclavage ?

À l'école, les élèves apprennent que Napoléon Bonaparte a rétabli l'esclavage en France. Toutefois, certains sur les réseaux sociaux remettent en cause ce pan de l'histoire nationale. "Comment oser aujourd'hui penser que Napoléon eut-été un esclavagiste ?", se scandalise ainsi un internaute. Ces critiques disent-elles vrai ou "fake" ? L'esclavage a été aboli en France en 1794. D'ailleurs, Napoléon Bonaparte s'est d'abord battu pour libérer les esclaves, lors de sa campagne d'Egypte. Cependant, il a bien rétabli l'esclavage, un décret-loi du 20 mai 1802 restaurant le système en vigueur avant la Révolution française. L'esclavage maintenu en Martinique... A la lecture du document, l'historien Thierry Lentz, président de la Fondation Napoléon, souligne que le texte "maintient" l'esclavage "dans les colonies où il n'avait pas été aboli", comme en Martinique. En 1794, la colonie française était alors passée sous domination anglaise. L'île redevient française en 1802, grâce au traité de paix signé par le Premier Consul avec la couronne britannique. Pourtant, l'esclavage est maintenu sur le territoire ultramarin, pour ne pas fâcher les Anglais, qui redoutent de voir des révoltes d'anciens esclaves "faire tache d'huile" dans leurs propres colonies, explique Thierry Lentz. En outre, la France s'appuie sur ses colonies et leurs plantations. Le poids économique mais aussi politique des colons est important. ... et rétabli en Guadeloupe comme en Guyane Saint-Domingue, la Guyane et la Guadeloupe n'étaient pas passées sous domination anglaise et l'esclavage y avait été aboli en 1794. La loi de 1802 ne les concerne donc pas directement, mais ces colonies ne sont pas épargnées par la politique du Premier Consul. En Guadeloupe, avant même que la loi ne soit promulguée par Bonaparte, celui-ci dépêche début 1802 les troupes consulaires du général Richepance pour préparer manu militari le terrain pour le retour de l'esclavage. Cette troupe se heurte à la résistance menée par des militaires, dont Louis Delgrès, nourri de l'idéal révolutionnaire. C'est le début de la guerre de Guadeloupe, un conflit sanglant dont la mémoire reste vivante dans l'île. En Guyane, le Deuxième Consul, Cambacérès, est à l'origine d'un arrêté consulaire du 7 décembre 1802, qui rétablit l'esclavage pour les affranchis de 1794, puis le gouverneur de la colonie généralise cette décision en 1803. L'indépendance arrachée à Saint-Domingue A Saint-Domingue, aucun ordre n'est formellement donné pour rétablir l'esclavage, à l'inverse de la Guadeloupe et de la Guyane. Cependant, Bonaparte y envoie une expédition militaire dirigée par son beau-frère, le général Leclerc, afin d'y rétablir l'ordre colonial. Le général Toussaint Louverture, descendant d'esclaves et lui-même affranchi, qui mène la lutte indépendantiste, est déporté en France. L'île se soulève, sous l'impulsion de Jean-Jacques Dessalines et Henri Christophe. En 1803, les Français sont défaits et en 1804 Saint-Domingue proclame son indépendance et devient Haïti. Napoléon Bonaparte a donc bien rétabli l'esclavage dans les colonies françaises, où il ne sera aboli qu'en 1848. A la fin de sa vie, dans ses mémoires, l'empereur déchu reconnaîtra sa faute.