VRAI OU FAKE. Les étudiants de Sciences Po qui n'utilisent pas l'écriture inclusive sont-ils pénalisés ?

Benoît Zagdoun
·1 min de lecture

Haro sur l'écriture inclusive. Une soixantaine de députés, de la majorité LREM et de l'opposition LR principalement, en réclament l'interdiction. La proposition de loi qu'ils soutiennent et qui a été transmise à l'Assemblée nationale mercredi 17 février, appelle à bannir l'écriture inclusive "dans les documents administratifs" et pour les "organismes et personnes chargés d'une mission de service public".

En guise d'argument, la députée LR du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée, Annie Genevard, a porté une grave accusation à l'encontre de l'une des grandes écoles françaises les plus réputées. "On sait qu'aujourd'hui à Sciences Po, une copie qui n'est pas rendue en langue inclusive est pénalisée, c'est insupportable", a affirmé l'élue, invitée des "Grandes Gueules" jeudi sur RMC. La parlementaire dit-elle seulement vrai ? Et de quelles preuves dispose-t-elle ?

Contactée par franceinfo, la députée explique avoir repris les propos de son collègue François Jolivet, auteur de la proposition de loi. Face à Pascal Praud, jeudi sur CNews, le député LREM de l'Indre avait asséné : "Quand vous avez des élèves ou des étudiants qui vous disent qu'une copie qui n'est pas écrite en écriture inclusive n'est pas corrigée, ça, c'est scandaleux." Et d'insister : "Quand vous avez des écoles très (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi