Le voyage incroyable du vaccin AstraZeneca jusqu'en Antarctique

·3 min de lecture
9 FÉVRIER - La base britannique d'étude de l'Antarctique de Rothera, sur île d'Adélaïde, Antarctique. (Photo: DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY via Getty Images)
9 FÉVRIER - La base britannique d'étude de l'Antarctique de Rothera, sur île d'Adélaïde, Antarctique. (Photo: DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY via Getty Images)

COVID - C’est un périple singulier de près de 16.000 kilomètres. Les premières doses du vaccin AstraZeneca viennent enfin d’atteindre l’Antarctique, neuf mois après leur départ. Le colis vaccinal est arrivé ce mardi 6 octobre à destination des membres du personnel qui ont occupé la station de recherche britannique Rothera pendant l’hiver polaire.

De quoi conclure un voyage débuté à Brize Norton, dans le sud de l’Angleterre, et qui est passé par le Sénégal et les Malouines.

À cela s’ajoutent les conditions particulières de conservation de la marchandise. Les doses vaccinales doivent être conservées à une température entre 2 et 8 °C, dans un conteneur de transport spécial. La dernière étape du voyage, vers la base Rothera s’est faite à bord d’un petit avion Twin Otter.

C’est le point le plus au sud atteint par le vaccin AstraZeneca. Cette expédition lointaine a été orchestrée par l’organisation de développement international à but non-lucratif, Crown Agents, au nom du ministère des Affaires étrangères. Fergus Drake, le PDG de Crown Agents a déclaré travailler “depuis mars pour envoyer les vaccins, littéralement jusqu’aux extrémités de la Terre”.

Protéger les résidents à l’approche des voyageurs

C’est donc la première dose du vaccin AstraZeneca que s’apprêtent à recevoir les scientifiques, ingénieurs et personnels de soutien de la station. Il revient désormais au médecin sur place de les administrer. La deuxième piqûre sera appliquée dans quatre semaines.

Cette première étape du schéma vaccinal est sans nul doute un soulagement même si le risque de contamination reste minime sur le continent Austral. L’objectif de ces doses est d’ailleurs surtout d’anticiper la nouvelle saison estivale et les nouveaux visiteurs qu’elle charriera à partir de la fin octobre.

“Mais nous visons toujours à fournir une assurance supplémentaire. Et cela signifie que tous ceux qui se rendront dans les stations antarctiques cette année effectueront une quarantaine de 14 jours avant l’arrivée. C’est une véritable double sécurité”, a déclaré John Eager, responsable des opérations polaires chez BAS, à BBC News.

À cet égard, l’équipage du RRS Sir David Attenborough, le nouveau navire polaire britannique, sera sous peu soumis à une quarantaine. Il cheminera ensuite vers le sud le mois prochain avec du matériel et des fournitures

Le navire de recherche polaire, le RRS Sir David Attenborough, quitte la rivière Mersey devant l'installation artistique d'Antony Gormley
Le navire de recherche polaire, le RRS Sir David Attenborough, quitte la rivière Mersey devant l'installation artistique d'Antony Gormley

Le chef de la station d’hiver de Rothera, Matthew Phillips, explique par ailleurs qu’avec cette livraison de vaccin, le personnel de la base voit aussi symboliquement l’arrivée d’une nouvelle période, plus sociable: ”[Ayant] été entièrement seuls pendant 205 jours, pendant l’hiver antarctique, il y a toujours de l’excitation autour de la station dans les jours et les semaines avant l’arrivée du premier avion, qui marque la fin de l’hiver. En voyant revenir des visages familiers, nous recevons également notre première livraison de courrier, ainsi que les premiers fruits et légumes frais depuis la fin de l’été.”

“Le fait que les vaccins Covid affluent a rendu cette expérience encore plus singulière. Pouvoir vacciner les gens aidera à garder la population de la station et l’Antarctique exempt de Covid. Cela nous place dans une excellente position avant un été chargé en station et sur le terrain.”

Le Continent Blanc n’a accueilli qu’un seul foyer épidémique depuis le début de la crise, en décembre de l’année dernière. Le personnel militaire d’une base chilienne avait développé quelques symptômes, alors que l’Antarctique demeurait jusqu’alors le seul continent vierge de toute trace de l’épidémie.

A voir également sur Le HuffPost: 50 millions de vaccinés: la course de graphique qui montre la progression française

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

A LIRE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles