Voyage annulé à cause du coronavirus? Dans quels cas vous pouvez être remboursé

Voyage annulé à cause du coronavirus? Dans quels cas vous pouvez être remboursé (photo pretexte) (Photo: Ralf Geithe via Getty Images)

VOYAGES - Face à l’épidémie de coronavirus, l’incertitude grandit. Si ce n’est forcément pas la préoccupation n°1, la question des vacances peut notamment se poser. Si vous prévoyiez de partir à l’étranger prochainement, notamment en Italie -pays particulièrement touché par la propagation du virus-, vous allez peut-être revoir vos plans.

Vous avez réservé un vol ou un séjour vers une destination où des personnes infectées ont été recensées et voulez annuler votre voyage par précaution? Votre vol a été annulé? Vous êtes déjà sur place et préférez partir? Le HuffPost fait le point sur les modalités de remboursement.

Sur le site Service-public.fr, l’administration éclaircit déjà certaines questions et évoque, comme élément pouvant justifier le remboursement d’un voyage, un ”événement exceptionnel et inévitable”. Un terme qui peut couvrir en l’occurrence une épidémie de coronavirus, des risques climatiques (tsunamis, cyclones, ouragans...) et politiques (guerre civile, attentat...). 

 

  • Vous avez fait appel à un voyagiste et vous souhaitez annuler

Dès lors que vous avez connaissance d’un ”événement exceptionnel et inévitable” sur le lieu de destination ayant des conséquences importantes sur la bonne exécution du contrat, vous pouvez demander l’annulation sans frais du séjour (transport, location de vacances, réservation d’hôtel...), selon l’article L211-14 du Code du tourisme. Le voyagiste doit alors vous rembourser intégralement dans les 14 jours au plus tard après l’annulation du contrat. Mais aucun dédommagement supplémentaire ne peut être accordé.

Toutefois, cette disposition entrée en vigueur en juillet 2018 “ne donne pas de mode d’emploi sur la façon d’appréhender le caractère risqué ou pas d’une destination”, décrypte pour l’AFP le secrétaire général de la Médiation Tourisme et Voyage, Khalid El Wardi. En cas d’épidémie, comme le nouveau coronavirus qui se propage à travers l’Europe, “il est extrêmement délicat de juger, dans une situation mouvante, quelle est la zone de ‘proximité immédiate’” permettant d’annuler ou de reporter son voyage sans frais, explique-t-il. Il faudra regarder au cas par cas et voir si la demande est raisonnable à la date demandée: elle ne l’est pas si elle est faite un an avant le voyage prévu, par exemple.

De même pour la destination: “si je vais dans le talon de la botte de l’Italie, il n’y a pas de risque, mais si je vais dans la zone (touchée de Lombardie et Vénétie), je peux soulever cette hypothèse et être remboursé sans aucuns frais”, précise Raphaël Bartlomé, responsable du service juridique à l’UFC-Que choisir.

Lors d’une réservation de séjour dans une agence, une assurance est généralement souscrite. Selon les compagnies, l’épidémie de coronavirus ne rentre pas dans les risques couverts. Ce qui est le cas par exemple pour Axa assurance voyage ou Allianz Voyage. L’assurance ERV, quant à elle, couvre les risques d’épidémie, mais pas de pandémie. 

 

  • Le séjour est annulé par le voyagiste

Si un professionnel du tourisme annule un contrat lors d’un ”événement exceptionnel et inévitable”, empêchant ainsi l’exécution du séjour, il doit vous en informer le plus rapidement possible et rembourser l’intégralité des sommes payées dans les 14 jours qui suivent l’annulation du contrat. Vous pouvez également vous accorder avec lui pour reporter le voyage ou choisir une autre destination. 

 

  • Vous voulez annuler votre vol ou séjour (que vous avez réservé par vous-même)

Le voyageur qui a pris un billet de train ou d’avion, ou encore réservé un hôtel seul, sera dépendant de la politique commerciale de chaque professionnel. 

Dans le cas où vous voulez annuler votre billet, vérifier tout d’abord s’il est remboursable/échangeable. Si vous avez souscrit à une assurance annulation, assurez-vous que le “risque coronavirus” est couvert. Pensez également à l’assurance de votre carte bancaire dans le cas où vous avez réglé votre billet par ce biais et vérifiez que ce risque est couvert. “Il faut vérifier les contrats, mais la plupart du temps on va trouver des exclusions de prise en charge en cas de phénomènes naturels, guerre civile, manifestations et pandémies”, indique Raphaël Bartlomé. “La plupart ne vont pas couvrir ces hypothèses-là.”

Autrement, en principe, vous ne pourrez pas annuler votre billet d’avion sans frais si la compagnie aérienne maintient le vol (la taxe aéroportuaire est remboursable si vous n’embarquez pas à bord de l’avion).

Pour l’annulation d’un séjour, vous pouvez essayer de négocier avec l’hôtelier, qui pourra accepter de reporter vos nuitées ou “refuser et facturer tout ou partie de ce qui a été payé, au titre de pénalités”.

 

  • Votre vol est annulé par la compagnie aérienne

Si la compagnie aérienne annule ses vols en raison d’un ”événement exceptionnel et inévitable”, à savoir ici l’épidémie de coronavirus, elle doit rembourser l’intégralité du prix du billet lorsque le vol est soumis à la réglementation européenne (l’aéroport de départ se trouve dans l’Union européenne, ou l’aéroport d’arrivée et le siège de la compagnie aérienne se trouvent dans l’Union européenne).

Air France a ainsi suspendu ses vols vers Pékin, Shanghai et Wuhan depuis le 30 janvier, et prévoit une reprise progressive à partir du 29 mars, avec un retour à la normale à partir du 13 avril. Ses passagers ont donc pu annuler ou reporter leurs vols sans frais. Concernant l’Italie, la compagnie a annoncé maintenir la totalité de son programme de vols habituels, mais accepter les reports ou les annulations sans frais pour les voyages à destination des villes du nord (Milan, Venise et Bologne).

Pour les autres vols internationaux, il faut consulter les conditions générales de vente de la compagnie aérienne.

 

  • Vous êtes en voyage dans une région touchée et voulez rentrer 

“Si vous n’avez pas contracté la maladie, vous ne serez pas pris en charge ni rapatrié”, précise à l’AFP Olivier Moustacakis, cofondateur du comparateur en ligne Assurland.com. “En revanche, si vous êtes malade, l’assurance rapatriement peut prendre en charge bien évidemment le rapatriement, puisque vous avez contracté la maladie.”

Prendre une assurance voyage rapatriement, qui n’est “pas onéreuse”, peut être “franchement indispensable si vous partez dans des pays où les frais médicaux sont prohibitifs, comme les États-Unis, le Japon”, souligne Olivier Moustacakis.

Un médiateur de tourisme et voyage est disponible dans le cas où la décision de l’agence de voyages, du tour opérateur ou de la compagnie ne vous convient pas (et si l’entreprise est adhérente). 

 

À voir également sur Le HuffPost: 

LIRE AUSSI

Le coronavirus montre une image de l'Italie qu'on n'avait jamais vue

Le vice-ministre iranien de la Santé testé positif au coronavirus

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.