"On a voulu agir le plus vite possible et on n'a pas tellement pensé à notre santé" : un salarié de Lubrizol raconte la nuit de l'incendie

Sarah Lemoine

Un des salariés de l'usine chimique Lubrizol de Rouen a accepté de se confier pour la première fois et d'évoquer ses craintes pour sa santé.

Réginald travaille depuis 25 ans à Lubrizol, à la production. Il fait partie des 450 salariés de l'entreprise classée Seveso de Rouen. Son travail est de superviser les mélanges de produits chimiques. Le 26 septembre, il est dans l'équipe de nuit quand l'alarme retentit et que débute l'incendie qui va détruire l'usine. Il raconte comment les salariés présents sur le site sont intervenus avec beaucoup de courage pour éloigner les produits des flammes.

"J'étais au laboratoire, se souvient-il. J'ai entendu l'alarme et je me suis dirigé vers le local incendie. Lorsque j'ai croisé mon chef de quart sur le terrain, j'ai vu qu'il avait l'air assez stressé. Je lui ai demandé ce qui se passait et il m'a dit : il y aurait le feu au A5. Le A5, c'est le bâtiment de stockage qui a brûlé. On a couru vers le bâtiment et là, on a constaté, au fond du bâtiment, qu'il y avait un départ de feu. Quand je dis un départ de feu, c'était déjà bien parti."

Les pompiers prévenus par une entreprise extérieure arrivent très vite sur le site. Réginald et ses collègues qui sont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi