Voter Marine Le Pen ou Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle sera voter pour ou contre l'Europe

Patrick Martin-Genier
Débat présidentielle Macron Le Pen: Et si la meilleure manière de mettre quelqu'un en colère était de lui dire qu'il est en colère?

Tout le monde s'accorde pour le dire. Le vote en faveur de l'un ou l'autre candidat sera un vote pour ou contre l'Europe. Même si l'opposition peut sembler frontale, cela confirme a posteriori la justesse de l'analyse d'avant le premier tour, selon laquelle l'Europe est bel et bien au cœur de la campagne depuis le début..

La première rencontre avec Angela Merkel le jour de l'investiture

L'électeur est souverain jusqu'à l'issue du second tour et il lui appartiendra de se décider en toute connaissance de cause.

Il est important à ce stade de réaliser une chose: le premier acte politique majeur de politique européenne du nouveau président de la République tout juste investi est de se rendre à Berlin pour y rencontrer le chancelier, en l'espèce la chancelière Angela Merkel depuis Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy y avait été reçu avec le tapis rouge en présence de son épouse Cécilia sous un beau soleil de printemps. François Hollande s'y était rendu seul avec son nouveau conseiller diplomatique sous un déluge de pluie. Le futur président devra donc s'y rendre le jour même de son installation à l'Elysée selon les modalités qu'il déterminera et avec la météo qu'il ne choisira pas...

Mme Merkel et Mme Le Pen ne se rencontreraient pas le premier jour

Il est évident qu'Emmanuel Macron sera le bien venu à Berlin pour la simple raison qu'il est europhile sans être euro-béat et qu'il a annoncé ses projets pour l'Europe qui cadrent avec ceux de la chancelière, permettant par la même la relance d'une coopération franco-allemande à bout de souffle.

Si toutefois Marine Le Pen était élue présidente, il est pour ainsi dire certaine d'une part qu'elle ne se rendrait pas à Berlin le premier jour de son investiture, ni même d'autre part, que la chancelière accepterait de la recevoir à Berlin pour la simple raison que Marine Le Pen est aux antipodes des idées d'Angela Merkel assurée d'être au pouvoir au moins jusqu'au mois de septembre de cette année. La tentation serait de se...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages