Le vote comme vaccin

Libération.fr
A Méteren, dans le Nord, le 29 avril (illustration).

Personne ne demande d’aimer inconditionnellement le programme ou la personnalité d’Emmanuel Macron mais ne vaut-il pas mieux s’opposer à lui dans un cadre républicain certain après avoir contribué à la défaite du Front national ?

Rougeole, tuberculose, coqueluche, gale… On croyait ces maladies disparues, elles ressurgissent. La raison : de plus en plus de parents ne vaccinent plus leurs enfants. Soit par réticence, soit par oubli, ils comptent sur les autres pour que leurs enfants n’attrapent rien. Pour certaines épidémies, malgré une couverture vaccinale atteignant 80%, impossible d’enrayer la maladie. Parce que pour ce faire, il faudrait 90 à 95% de taux de vaccination. Combien de fois aurai-je entendu ces derniers jours «ce n’est pas mon candidat…et de toute manière Macron va gagner» ?

Sauf qu’il faut un certain taux de participation pour que cela fonctionne ; à moins de 65% de participation des électeurs d’Emmanuel Macron, comme l’a rappelé Serge Galam dans sa théorie d’abstention différenciée, le vaccin qui protège la démocratie pourrait ne plus marcher. Et c’est clairement ce que vise la stratégie de l’extrême droite : un fort taux d’abstention. Ceci est notamment illustré dans la vidéo de Marine Le Pen qui est adressée aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Le Pen sait qu’à défaut de convaincre une majorité d’insoumis, elle pourra miser sur leur abstention. C’est elle seule qui pourra la faire gagner.

Il ne s’agit ici pas de culpabiliser à outrance celles et ceux qui ont pris la décision de s’abstenir, mais simplement de les confronter à leur responsabilité. De tout temps, l’abstention a favorisé l’accession au pouvoir des extrémistes qui, eux, ont des partisans qui se déplacent massivement et ne laissent personne d’autre décider à leur place. Les ennemis de la démocratie arrivent souvent au pouvoir grâce aux peuples mais ils ne leur rendent rarement la clé du pouvoir qu’ils leur ont confié. Personne ne demande d’aimer inconditionnellement le programme ou la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Votez avec des gants mais votez !
Le 7 mai, je vote gris
La lutte pour la renaissance du libéralisme commence
Au nom de l'histoire, faisons «front» face à l'extrême droite
Voter Macron pour la République, sans illusions

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages