Mais comment vote-t-on aux États-Unis ?

Photo Element5 Digital/Unsplash/cc

Cela ne vous aura certainement pas échappé : le mois de novembre est synonyme d’élections aux États-Unis – qui se tiennent très exactement le “mardi suivant le premier lundi du mois”. Première différence notable avec la France : exit notre dimanche national et les détours précipités par un bureau de vote avant un pique-nique printanier de circonstance. Le mois de mai laisse place au mois de novembre. Et le dimanche à un mardi. Et cette année n’a pas fait exception à la règle : les très attendues élections de mi-mandat se sont bien tenues le mardi suivant le premier lundi du mois. On ne pourra pas dire que les Américains n’aiment pas la précision.

Alors vous pensez qu’il suffit désormais de glisser un bulletin dans une enveloppe qui sera à son tour insérée dans une urne transparente ? J’ai dit “précision” – pas “simplicité”. Et si – en ce mois de novembre de circonstance – le moment était venu d’aller faire une incursion dans le système électoral américain ? En espérant que les petites enveloppes et autres urnes si chères à la France ne nous en tiendront pas trop rigueur.

Une élection peut en cacher une autre

Première question à se poser : mais qui désigne-t-on à travers cette élection – ou plutôt ces élections ? Nous savons qu’elles se tiennent un mardi de novembre (et pas n’importe lequel) et qu’elles ont lieu tous les deux ans au niveau fédéral (j’ajoute cette précision). Et jusqu’ici, c’est plutôt simple : ces élections servent à élire les membres du Congrès qui représentent les Américains à Washington D.C. (et une fois sur deux à élire le président – accessoirement). Je vous avais dit que les Américains aimaient la précision. Et pourtant, une simple réflexion sur le nom du pays (les États unis) nous rappelle le rôle prépondérant joué par chaque État. Alors, pourquoi election day ne devrait-il pas leur laisser la part belle également ? Un subtil passage du national au régional – dont on parle bien moins souvent.

Et c’est pourtant là une réalité : les Américains sont également appelés à élire, tous les deux ans, une partie des représentants et sénateurs les représentant à un niveau étatique (par opposition au niveau fédéral). Et puisque l’on est parti pour voter à foison, pourquoi s’arrêter là ? Election day vous permettra également d’élire le président de votre comté de résidence (que l’on appelle “paroisses” en Louisiane) ou encore certains conseillers municipaux. Et les juges et les shérifs – qui sont élus aux États-Unis – ne sont pas en reste.

[...] Lire la suite sur Courrier international