Comment vont se passer les derniers jours de Vincent Lambert

Alexandre Boudet
Le CHU de Reims où Vincent Lambert est hospitalisé depuis son accident de la route en 2008.

FIN DE VIE - Il est devenu malgré lui le symbole du débat sur la fin de vie en France. En état végétatif depuis un accident de la route survenu en 2008, Vincent Lambert vit ses derniers jours au CHU de Reims. Le médecin qui le suit a annoncé il y a quelques jours à la famille qu’il procédera “la semaine du 20 mai” à l’arrêt des traitements administrés depuis toutes ces années.

La conséquence sera le décès de cet ancien infirmier dont la femme Rachel souhaite la délivrance tandis que ses parents réclament son maintien en vie. Mais tous les recours qu’ils ont formulés ont été rejetés et l’appel de sa mère à manifester ce dimanche 19 mai devant le CHU de Reims ne devrait pas avoir d’effet. Pas plus que la lettre ouverte adressée ce samedi à Emmanuel Macron.

“Le docteur Sanchez a décidé qu’il le fera, il a la volonté que ça se fasse. Qu’il n’ait pas dit le jour exact de l’arrêt des traitements est sans doute une bonne chose, cela enlève de la pression”, se félicite auprès du HuffPost un proche du dossier.

“Il ne survit que grâce à la médecine”

“Arrêter les traitements est une décision difficile, car on sait que cet arrêt va conduire au décès du patient, cela nécessite donc un certain courage”, analyse une spécialiste de la fin de vie qui a requis l’anonymat au regard du caractère sensible de ce dossier. Ce choix résulte d’un constat fait par le médecin: maintenir les traitements relève de “l’obstination déraisonnable”.

“Pour vivre, Vincent Lambert dépend de l’alimentation et de l’hydratation artificielle qui lui est administrée via une sonde dans l’estomac. Cette sonde peut aussi servir à faire passer des médicaments. On peut donc dire qu’il ne survit que grâce à la médecine, car sans ces traitements, livré à lui-même, il mourrait. Mais ce seul fait ne suffit pas à dire qu’on est en situation d’obstination déraisonnable”, explique notre experte qui renvoie vers le processus mené depuis des mois par le docteur Sanchez. Celui-ci a donc pris la décision de stopper...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post