"Sa volonté, c'était d'avoir un selfie": comment le militant d'extrême droite Élie Hatem s'est introduit à l'Elysée

1 / 2

"Sa volonté, c'était d'avoir un selfie": comment le militant d'extrême droite Élie Hatem s'est introduit à l'Elysée

Le président de la République a-t-il posé en connaissance de cause pour une photo avec un militant d'extrême droite? C'est la thèse que semblent vouloir accréditer certains élus de gauche, mais pas que, depuis mercredi soir. La raison derrière leur courroux: des images publiées sur les réseaux sociaux par Élie Hatem, avocat proche des milieux d'extrême droite, où on le voit au côté d'Emmanuel et de Brigitte Macron, tout sourire.

Ancien membre du comité directeur de l'Action française, mouvement royaliste et nationaliste, Élie Hatem faisait partie des quelque 200 personnes conviées à l'Elysée au mois de novembre, à l'occasion d'une remise de décoration collective par le chef de l'État. Aux municipales de 2014, il était tête de liste Front national dans le IVe arrondissement à Paris, puis aux législatives de 2017, il candidate dans le Var sous la bannière du mouvement catholique intégriste Civitas. Parmi les photos qu'il publie sur Facebook, nombre d'entre elles le montrent au côté de Jean-Marie Le Pen.

Confirmant les informations du Parisien, la présidence assure auprès de BFMTV.com que l'avocat n'a été invité ni par Emmanuel Macron, ni par son épouse. 

"Il y a une partie informelle de la soirée où les gens convergent vers le président, pour lui parler de leur vie, de leur métier, etc. Pour échanger avec lui. Et Élie Hatem en a profité pour faire des selfies, ce qu'Emmanuel Macron accepte de faire tout le temps. Le contexte...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi