Volodymyr Kovalenko, un maire ukrainien sous occupation russe

Le maire ukrainien de Nova Kakhovka (région de Kherson, dans le sud) Volodymyr Kovalenko a quitté sa ville le 15 juillet. Pendant près de cinq mois, il a essayé de faire fonctionner les services de sa mairie et de répondre aux besoins des habitants malgré l’occupation par les forces russes. Il a accordé un entretien à Nicolas Feldmann et Aleksandr Bogdanov.

RFI : Les forces russes sont entrées dès le 24 février dans Nova Kakhovka, mais vous n’avez quitté votre commune que le 15 juillet, soit près de cinq mois plus tard. Pourquoi avoir finalement pris la décision de partir ?

Volodymyr Kovalenko : Pendant près de 5 mois, j’ai eu l’occasion de résoudre les problèmes des gens restés dans la ville. Leur problème principal est qu’ils manquaient d’argent parce que dès le début, le système bancaire a cessé de fonctionner, en particulier les retraits d’argent liquide. Les retraités ne pouvaient plus retirer leurs pensions au bureau de poste ukrainien. Personne ne pouvait leur fournir cet argent. Je devais m’attaquer à ce problème. Il fallait aussi convaincre les entreprises de laisser ouverts leurs entrepôts, leurs épiceries pour qu’il y ait encore de la nourriture. On devait avoir des bénévoles pour assurer l’approvisionnement en médicaments. Le plus important à mon sens était de résoudre ces problèmes sans violer la loi ukrainienne, mais au bout d’un moment, j'ai réalisé que je ne pouvais plus travailler dans le respect de la loi. De plus, avec mon premier adjoint qui est resté à mes côtés tout ce temps, on a commencé à sentir des menaces pour nos vies. Alors, on a réalisé qu’on devait partir.

Comment avez-vous pu exercer votre fonction de maire pendant ces presque cinq mois sous occupation russe ?


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles