Volkswagen veut ouvrir six usines de batteries en Europe pour son virage électrique

·1 min de lecture

À l'occasion de son « Power Day », en allusion au « Battery Day » de Tesla, le géant allemand de l'automobile a annoncé lundi 15 mars l'ouverture de six usines de batteries en Europe d'ici 2030. Volkswagen accélère sur l’électrique et veut dépasser Tesla dans ce marché crucial.

Avec une législation européenne plus contraignante sur les émissions de CO2, Volkswagen prévoit de doubler ses ventes de véhicules tout électrique à « près de 60 % » en moins d'une décennie.

Et le nerf de la guerre du véhicule électrique, c'est la batterie. Voilà pourquoi le patron, Herbert Diess, prévoit la création de ces « gigafactories », terme emprunté au patron de Tesla Elon Musk.

Une première usine ouvrira en Suède en 2023, puis un site allemand de la marque sera de la partie dès 2025. Pour le reste, le suspense règne : le choix n'a pas encore été arrêté pour la troisième usine, mais cela devrait se jouer entre le Portugal, l'Espagne et la France d'ici 2026.

Volkswagen espère aussi réduire le prix de la batterie jusqu'à 50 %. Il mise pour cela sur un modèle unique pour la grande majorité de ses voitures, de quoi faire des économies d'échelle.

Mais il faut pouvoir alimenter ces batteries. Le groupe annonce aussi son intention d'investir 400 millions d'euros d'ici 2025 dans le réseau de recharge européen. Soit une petite partie de l'enveloppe globale : au total, Volkswagen compte dépenser plus de 30 milliards d'euros pour négocier son virage électrique.

À lire aussi : Pourquoi la voiture électrique cartonne en Europe